October 15, 2019 / 11:16 AM / a month ago

Union: La France isolée sur l'élargissement aux Balkans

LUXEMBOURG (Reuters) - La France est restée inflexible, mardi, dans son refus d’ouvrir des négociations avec l’Albanie et la Macédoine du Nord en vue de leur adhésion à l’Union européenne, au risque de se fâcher avec l’Allemagne sur ce sujet que Berlin juge prioritaire.

La France est restée inflexible, mardi, dans son refus d'ouvrir des négociations avec l'Albanie et la Macédoine du Nord en vue de leur adhésion à l'Union européenne, au risque de se fâcher avec l'Allemagne sur ce sujet que Berlin juge prioritaire. /Photo prise le 2 octobre 2019/REUTERS/Yves Herman

Un responsable du gouvernement allemand a fait savoir que cette question serait à nouveau soulevée lors du sommet prévu mercredi à Toulouse entre Emmanuel Macron et Angela Merkel.

La chancelière allemande compte également mettre le sujet à l’ordre du jour du Conseil européen de jeudi et vendredi.

Les ministres des Affaires européennes de l’UE se sont réunis à Luxembourg afin de tenter, en vain pour la troisième fois depuis juin 2018, d’ouvrir la voie à Skopje et Tirana, une perspective qu’approuvent les Vingt-Huit dans leur immense majorité avec l’appui des Etats-Unis.

“Je regrette beaucoup que les Etats membres n’aient pas été en mesure de prendre une décision”, a déclaré, visiblement agacé, le commissaire européen à l’Elargissement, l’Autrichien Johannes Hahn.

“Ce n’est pas un moment glorieux pour l’Europe”, a-t-il dit.

“Nous devons restaurer notre crédibilité dans les Balkans occidentaux et tenir nos engagements. La Macédoine du Nord et l’Albanie ont fait leurs devoirs et mis en oeuvre de douloureuses réformes”, a insisté le commissaire européen.

Johannes Hahn faisait notamment référence aux réformes engagées par l’Albanie pour assainir son système judiciaire et à l’accord entre la Grèce et l’ancienne république yougoslave de Macédoine consacrant son nom officiel de République de Macédoine du Nord.

Paris est seul à refuser l’ouverture de discussions avec la Macédoine du Nord. Concernant l’Albanie, trois pays s’y sont opposés mardi : France, Danemark et Pays-Bas.

La France estime que ni l’UE ni les pays candidats ne sont prêts.

Présente à Luxembourg, la secrétaire d’Etat aux Affaires européennes a réitéré la demande française d’une “réforme profonde” des procédures européennes d’élargissement alors que l’Albanie, la Bosnie, le Kosovo, la Macédoine du Nord, le Monténégro et la Serbie caressent l’espoir d’une intégration.

L’élargissement est “un feuilleton sans fin”, a jugé Amélie de Montchalin. “Le processus est-il efficace? De notre point de vue, non.”

L’Allemagne a proposé un compromis aux termes duquel l’Union européenne lancerait les discussions sur les 35 chapitres de négociation avec la Macédoine du Nord d’ici la fin de l’année et donnerait un accord de principe à l’Albanie pour ouvrir des négociations, sans fixer toutefois de date.

Robin Emmott, Gabriela Baczynska à Luxembourg, Marine Pennetier et Michel Rose à Paris, Andreas Rinke à Berlin, Sophie Louet et Jean-Stéphane Brosse pour la version française

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below