September 26, 2019 / 8:04 PM / 3 months ago

Le Maire salue la BCE, appelle Berlin à la relance budgétaire

Bruno Le Maire a salué jeudi les décisions prises par la Banque centrale européenne (BCE) pour soutenir une économie de la zone euro à la peine et a de nouveau exhorté l'Allemagne à utiliser ses marges de manoeuvre budgétaires pour prendre le relais de la politique monétaire. /Photo prise le 19 septembre 2019/REUTERS/Gonzalo Fuentes

PARIS (Reuters) - Bruno Le Maire a salué jeudi les décisions prises par la Banque centrale européenne (BCE) pour soutenir une économie de la zone euro à la peine et a de nouveau exhorté l’Allemagne à utiliser ses marges de manoeuvre budgétaires pour prendre le relais de la politique monétaire.

“Nous soutenons les décisions courageuses prises par la Banque centrale européenne et par son président parce (...) que nous estimons que ces décisions étaient les seules responsables pour éviter une nouvelle dégradation de notre environnement économique”, a déclaré le ministre français de l’Economie et des Finances lors d’une conférence de presse de présentation du projet de loi de finances pour 2020.

Soulignant que “la politique monétaire est nécessaire mais plus suffisante”, Bruno Le Maire a jugé “indispensable qu’une politique budgétaire volontariste fondée sur plus d’investissements prenne le relais” dans les pays disposant des marges de manoeuvre nécessaires.

Une semaine après la tenue du 50e conseil économique et financier franco-allemand, à Paris, le ministre français a de nouveau pressé Berlin d’investir davantage pour tenter de contrer le ralentissement de l’économie de la zone euro, qui fait écho à une croissance mondiale pénalisée par les tensions commerciales, les incertitudes géopolitiques, notamment au Moyen-Orient, ainsi que la perspective du Brexit.

“L’Allemagne doit investir et elle doit investir maintenant, le plus tôt sera le mieux. N’attendons pas que la situation économique s’aggrave pour prendre les décisions nécessaires”, a-t-il déclaré.

Pour tenter de redonner de la vigueur à une économie de la zone euro en difficulté, la BCE s’est engagée mi-septembre à procéder à nouveau à des rachats d’actifs “aussi longtemps que nécessaire” et a enfoncé son taux de dépôt un peu plus bas dans le négatif.

Le président de l’institution de Francfort Mario Draghi - qui cèdera sa place à la Française Christine Lagarde en novembre - ainsi que le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, appellent également régulièrement la politique budgétaire à prendre le relais de la politique monétaire pour contrer le ralentissement économique.

Myriam Rivet et Leigh Thomas, édité par Jean-Philippe Lefief

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below