September 25, 2019 / 6:51 AM / 2 months ago

Ridicule" de supprimer l'AME mais une évaluation nécessaire, estime Macron

Emmanuel Macron juge qu'il serait "ridicule" de supprimer l'aide médicale d'Etat (AME) mais il est nécessaire, selon lui, d'"évaluer" ce système permettant aux étrangers en situation irrégulière d'accéder à des soins pris en charge à 100%. /Photo prise le 19 septembre 2019/REUTERS/Philippe Wojazer

PARIS (Reuters) - Emmanuel Macron juge qu’il serait “ridicule” de supprimer l’aide médicale d’Etat (AME) mais il est nécessaire, selon lui, d’”évaluer” ce système permettant aux étrangers en situation irrégulière d’accéder à des soins pris en charge à 100%.

Dans une interview diffusée mercredi par Europe 1, le président français avance l’hypothèse d’une modification du “panier de soins” aujourd’hui remboursés par l’Etat.

“Il faut l’évaluer. Je n’ai pas la réponse mais on a le droit d’avoir un vrai débat”, déclare le chef de l’Etat en marge de l’Assemblée générales des Nations unies, à New York.

“Il faut un débat pour regarder ce qu’on fait par rapport à nos voisins et est-ce qu’on rembourse à 100% tout ce qui est nécessaire d’être remboursé, est-ce qu’il y a parfois un peu des excès ?”, a-t-il ajouté.

“J’ai entendu dans les débats certains qui disaient ‘il faut supprimer l’aide médicale d’Etat’. Ce serait ridicule”, estime parallèlement Emmanuel Macron pour qui il faut continuer “à soigner dans notre pays toutes celles et ceux qui y sont”.

Le Rassemblement national (RN) et certains responsables de droite plaident de longue date pour la suppression de cette prestation dont bénéficient quelque 300.000 personnes pour un budget annuel de près d’un milliard d’euros.

Le gouvernement promet que la question sera abordée lors des discussions sur l’immigration annoncées par Emmanuel Macron à la sortie du “grand débat national”, fin avril, et programmées lundi prochain à l’Assemblée nationale.

Ces dernières semaines, ONG et associations de défense des droits de migrants ont exprimé leurs inquiétudes face à une possible restriction de l’AME qui aurait, selon elles, des conséquences dramatiques à la fois pour les personnes concernées et pour la santé publique en général.

Simon Carraud, édité par Henri-Pierre André

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below