September 19, 2019 / 8:24 AM / 3 months ago

Israël: Les centristes rejettent l'offre de cohabitation de Netanyahu

JERUSALEM (Reuters) - Faute de majorité parlementaire après les législatives israéliennes de l’avant-veille, le Premier ministre sortant Benjamin Netanyahu a proposé jeudi à Benny Gantz, son principal adversaire, de former un gouvernement d’union nationale, ce que le parti centriste de l’ex-chef d’état-major de l’armée a aussitôt exclu.

Faute de majorité parlementaire après les législatives israéliennes de l'avant-veille, le Premier ministre sortant Benjamin Netanyahu (photo) a proposé jeudi à Benny Gantz, son principal adversaire, de former un gouvernement d'union nationale. /Photo prise le 18 septembre 2019/REUTERS/Ronen Zvulun

Les résultats du scrutin de mardi ne sont pas encore connus, mais d’après les estimations des médias israéliens, le parti Bleu et blanc de Benny Gantz disposerait de 56 sièges, soit un de plus que la coalition de droite emmenée par le Likoud de Netanyahu, or il en faut 61 pour avoir la majorité absolue.

Son chef de file, qui s’est exprimé à la mi-journée, n’a pas évoqué l’offre du Premier ministre, mais s’est dit prêt à former et à diriger un gouvernement d’union “libéral”, terme qui exclurait les composantes ultraorthodoxes de la coalition de droite.

Benny Gantz a laissé à son lieutenant Moshe Yaalon le soin de répondre au chef du gouvernement. “Nous ne participerons pas à une coalition dirigée par Netanyahu”, a-t-il affirmé.

L’intéressé s’est dit “surpris et déçu”, mais a renouvelé son offre. “C’est ce que les gens attendent de nous”, a-t-il ajouté.

“A mon grand regret, les résultats des élections montrent qu’il est impossible” de former un gouvernement de droite, déplorait-il dans une vidéo diffusée un peu plus tôt.

“Benny, nous devons mettre en place dès aujourd’hui un vaste gouvernement d’union. Le pays s’attend à ce que nous fassions preuve de responsabilité et que nous poursuivions la coopération”, ajoute-t-il.

Lors d’une cérémonie organisée pour le troisième anniversaire de la mort de l’ancien président Shimon Peres, à laquelle Benny Gantz a également assisté, Benjamin Netanyahu a précisé que son offre n’était assortie d’aucune condition. Souriants, les deux hommes se sont chaleureusement serré la main.

“M. PROPRE”

Le chef de file du Likoud, qui est aux affaires sans discontinuer depuis dix ans, a laissé entendre qu’il serait prêt à accepter le principe d’une rotation à la tête du gouvernement, comme celle qui a été mise en oeuvre entre 1984 et 1988 par le travailliste Shimon Peres et le conservateur Yitzhak Shamir.

Victime des divergences entre l’ultranationaliste Avigdor Lieberman et les partis religieux, Benjamin Netanyahu avait déjà échoué à former un gouvernement après les législatives d’avril et son offre témoigne de la fragilité de sa situation.

Le président Reuven Rivlin, qui jouit d’un grand prestige malgré le caractère essentiellement honorifique de ses fonctions, s’est félicité de son appel à la formation d’un gouvernement d’union. C’est lui qui chargera le chef de file du parti arrivé en tête des législatives de former un gouvernement. Il disposera alors de 42 jours pour le faire.

Benny Gantz, que de nombreux électeurs considèrent comme le “M. Propre” de la politique israélienne, a exclu pendant la campagne de cohabiter avec Benjamin Netanyahu en raison des soupçons de corruption dont il fait l’objet.

Avec Maayan Lubell et Dan Williams; Jean-Stéphane Brosse, Henri-Pierre André et Jean-Philippe Lefief pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below