September 17, 2019 / 10:01 AM / 3 months ago

Macron à l'offensive sur l'immigration, "électoralisme" pour RN et LR

PARIS (Reuters) - La droite et l’extrême droite françaises ont accusé mardi d’opportunisme électoral Emmanuel Macron, qui a exhorté ses troupes à regarder “en face” les enjeux de l’immigration et ainsi jeté le gant au Rassemblement national de Marine Le Pen.

La droite et l'extrême droite françaises ont accusé mardi d'opportunisme électoral Emmanuel Macron, qui a exhorté ses troupes à regarder "en face" les enjeux de l'immigration et ainsi jeté le gant au Rassemblement national de Marine Le Pen. /Photo prise le 10 septembre 2019/REUTERS/Ludovic Marin

Le chef de l’Etat a mis en garde lundi soir les parlementaires de La République en marche (LaRem) contre un repli “bourgeois” face au communautarisme : “Les bourgeois ne croisent pas l’immigration.”

Une inflexion “droitière” dans le discours présidentiel qui replace le sujet éruptif de l’immigration au coeur du débat politique dans la perspective des municipales (2020) et de la présidentielle (2022), face à une extrême droite en embuscade.

“Emmanuel Macron clairement s’engage dans la campagne présidentielle”, a estimé sur BFM TV Marine Le Pen, finaliste de la présidentielle de 2017 face au candidat de LaRem. Pour la présidente du RN, qui juge “électoraliste” ce discours, Emmanuel Macron “n’a rien vu”, “rien écouté” depuis son élection.

“On a eu un débat sur l’immigration il y a quelques mois me semble-t-il à l’Assemblée nationale. Toutes les propositions que nous avons mises sur la table pour empêcher ce détournement, notamment, du droit d’asile (...) ont été blackboulées par les députés En Marche”, a-t-elle dit, appelant à “un référendum”.

Un débat sans vote sur l’immigration se tiendra les 30 septembre et 2 octobre au Parlement. Les modalités de l’aide médicale d’Etat (AME), qui permet depuis 2000 un accès aux soins aux étrangers en situation irrégulière, seront discutées. Le gouvernement étudie la possibilité d’une refonte du dispositif.

L’aile “sociale” de LaRem s’inquiète d’un durcissement de la politique migratoire, à l’instar d’ONG et associations de défense des migrants, qui évoquent le précédent Sarkozy.

“Il (Emmanuel Macron) se dit, sans doute pour les sondages, pour son électorat, qu’il y a peut-être d’autres clins d’oeil à faire à la droite ou à la droite de la droite”, a commenté sur France Inter le sénateur Les Républicains Bruno Retailleau.

Pour ce tenant de la droite conservatrice, Emmanuel Macron est “un grand illusionniste” qui a “élargi la possibilité du regroupement familial” et fait de la France “le pays européen le plus accueillant” en matière d’asile.

Le groupe LR au Sénat milite pour transformer l’AME en une aide médicale “restreinte à un panier de maladies infectieuses, contagieuses” et l’instauration de quotas migratoires.

“Est-ce que le sujet migratoire est de droite ou de gauche? Non, c’est un sujet en soi, qui a posé des tas de conflictualités au niveau européen. C’est un débat qu’il faut poser aussi fondamentalement que possible et sans caricature”, a dit le ministre des Relations avec le Parlement, Marc Fesneau.

Sophie Louet avec Elizabeth Pineau, édité par Bertrand Boucey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below