December 4, 2018 / 1:47 PM / 8 days ago

Des dizaines de lycées perturbés, nombreux incidents

PARIS (Reuters) - Les manifestations de lycéens ont donné lieu mardi à des heurts avec les forces de l’ordre dans plusieurs grandes villes de France et à divers incidents, dont l’incendie partiel d’un établissement de la région toulousaine.

Les manifestations de lycéens ont donné lieu mardi à des heurts avec les forces de l'ordre dans plusieurs grandes villes de France et à divers incidents, dont l'incendie partiel d'un établissement de la région toulousaine. /Photo prise le 4 décembre 2018/REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Les académies les plus touchées sont celles de Créteil et de Versailles, en région parisienne, avec une trentaine d’établissements perturbés pour chacune d’entre elles, et d’Aix-Marseille (23), selon le ministère de l’Education nationale.

D’autres académies, comme celle d’Amiens et de Rennes, sont en revanche pratiquement épargnées par la contestation.

Les lycéens mobilisés défendent des revendications propres, liées à la réforme du baccalauréat et à Parcoursup, mais témoignent aussi leur solidarité vis-à-vis des “Gilets jaunes”, qui protestent depuis plusieurs semaines contre la vie chère.

A Blagnac, près de Toulouse, le lycée Saint-Exupéry a été en partie incendié. Selon la municipalité, jointe par Reuters, un feu de poubelles “intentionnel” s’est propagé à l’ensemble du hall d’entrée et les élèves ont été renvoyés chez eux.

Dans l’agglomération lyonnaise, les affrontements entre manifestants et forces de l’ordre se sont soldés par un bilan de 19 interpellations pour “jets de projectiles et dégradations de biens publics” et de trois blessés parmi les policiers.

Ces heurts se sont déroulés dans les communes de Vénissieux, Bron, Saint-Priest, Villeurbanne, Vaulx-en-Velin et dans le VIIIe arrondissement de Lyon. Des poubelles, des véhicules et un bureau de tabac ont été incendiés.

Plusieurs centaines de personnes ont participé aux affrontements avec la police, à Orléans, a constaté un journaliste de Reuters.

La matinée a également été émaillée d’incidents à Marseille, où aucun blessé n’a été recensé.

Comme lundi, environ 200 lycéens ont occupé le pont de pierre, dans le centre de Bordeaux, ainsi que la place Stalingrad, sur la rive droite. Deux personnes ont été interpellées pour des jets de projectiles sur la police.

Les policiers, qui dénombrent deux blessés dans leurs rangs, ont fait usage de gaz lacrymogène et de flash-balls pour disperser les manifestants.

Des scènes du même genre se sont produites à Pau et à Libourne, à une trentaine de kilomètres de Bordeaux.

Correspondants de Reuters dans les régions, édité par Simon Carraud

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below