August 17, 2018 / 12:11 PM / a month ago

Magnette décline la tête de liste du PS français aux européennes

PARIS (Reuters) - Le socialiste belge Paul Magnette annonce vendredi qu’il ne sera pas le candidat de PS français aux élections européennes, actant son refus la proposition qui lui avait été faite par la direction du parti.

Le socialiste belge Paul Magnette (photo) annonce vendredi qu'il ne sera pas le candidat de PS français aux élections européennes, actant son refus la proposition qui lui avait été faite par la direction du parti. /Photo d'archives/REUTERS/Yves Herman

Dans un entretien au Monde, le maire PS de Charleroi motive ce refus par des “raisons personnelles”, à l’heure où le projet était loin de faire l’unanimité parmi les socialistes français.

“Je suis candidat à ma réélection comme maire de Charleroi en octobre prochain et, en 2019, les élections européennes se dérouleront, en Belgique, en même temps que les régionales et les législatives, pour lesquelles je jouerai un rôle, sans nécessairement briguer l’exercice d’un mandat”, précise-t-il.

“Actuellement, je veux exercer d’autres mandats. Et puis, on peut faire de la politique européenne d’un peu partout. Je l’ai fait comme ministre président d’une région, comme maire ou comme mandataire national”, dit-il.

Connu notamment pour son opposition à l’accord de libre-échange canado-européen CETA en 2016, l’ex-ministre-président de la Wallonie qui s’était précédemment dit “flatté” de cette proposition souligne l’importance des élections européennes pour un PS français en “situation difficile”.

“L’enjeu des européennes est important pour lui s’il ne veut pas se laisser enfermer dans l’équation simpliste posée par le président Macron : ou bien on est européen avec lui, ou bien on rallie les populistes antieuropéens”, estime-t-il.

Le socialiste belge voit les gauches espagnole, portugaise et grecque comme les mieux placées pour porter un message sur l’Europe.

“Je note qu’une gauche européenne crédible renaît dans la péninsule ibérique. Le cas portugais est particulièrement intéressant puisqu’on mène là-bas une politique qui n’est ni anti-européenne ni strictement axée sur l’austérité”, estime-t-il.

Julie Carriat, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below