August 16, 2018 / 12:44 PM / a month ago

Macron assure Erdogan de son soutien à une "Turquie stable et prospère"

PARIS (Reuters) - Emmanuel Macron a assuré jeudi le président turc Recep Tayyip Erdogan du soutien de la France à une “Turquie stable et prospère”, rapporte l’Elysée, à l’heure où une crise diplomatique entre Ankara et Washington alimente la chute de la livre turque et fait planer la menace d’une récession.

Emmanuel Macron a insisté jeudi, lors d'un entretien avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, sur l'importance de la stabilité économique de la Turquie, a-t-on appris de source présidentielle turque, à l'heure où une crise diplomatique entre Ankara et Washington alimente la chute de la livre turque. /Photo prise le 3 août 2018/REUTERS/Michel Euler

Lors d’un entretien téléphonique avec son homologue turc, le chef de l’Etat français “a rappelé les liens économiques et commerciaux forts entre l’Union européenne et la Turquie et souligné son attachement à une Turquie stable et prospère”, indique la présidence française dans un communiqué.

“Il a assuré le Président Erdogan du soutien de la France en ce sens”, ajoute-t-elle.

Un peu plus tôt, une source présidentielle turque avait indiqué que les deux présidents avaient souligné lors de cet entretien l’importance d’améliorer leurs relations économiques et commerciales et étaient convenus d’une rencontre prochaine entre leurs ministres des Finances.

Le refus d’Ankara de libérer un pasteur évangélique américain, détenu pendant 20 mois à Izmir avant d’être assigné à résidence en juillet dernier, a provoqué une crise diplomatique entre la Turquie et les Etats-Unis.

Ce contentieux a accentué la chute de la livre turque sur les marchés des changes, conduisant la banque centrale à annoncer un plan de soutien de la devise nationale.

Depuis le début de l’année, la livre a perdu plus de 40% par rapport au dollar. Les marchés s’inquiètent notamment de l’influence que Recep Tayyip Erdogan exerce sur la politique monétaire turque, en particulier son rejet d’une hausse des taux d’intérêt jugée pourtant nécessaire pour juguler l’inflation.

Marine Pennetier, avec Tulay Karadeniz et Ezgi Erkoyun à Ankara, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below