August 14, 2018 / 7:43 AM / in 4 months

"Attaque terroriste" à Westminster, trois blessés, le suspect arrêté

LONDRES (Reuters) - La police britannique a arrêté mardi matin un homme soupçonné d’avoir commis un acte terroriste en précipitant sa voiture sur des passants devant le Parlement de Westminster, à Londres, blessant trois personnes dont les jours ne semblent pas en danger.

Un homme a été arrêté après avoir percuté avec une voiture des barrières de sécurité devant les locaux du parlement à Londres et avoir blessé plusieurs passants. /Photo prise le 14 août 2018/REUTERS/Hannah McKay

Le conducteur du véhicule, qui est âgé de 29 ans, a été placé en détention dans un commissariat du sud de Londres, indique la Metropolitan Police dans un communiqué.

Le suspect n’a pas encore été identifié et ne coopère pas avec la police, a précisé le chef de la police antiterroriste, Neil Basu. “Compte tenu du fait que son acte semble être délibéré, de la méthode et de l’importance symbolique de ce lieu, nous considérons cela comme un événement terroriste”, a-t-il ajouté.

La Première ministre Theresa May, qui se trouve en vacances à l’étranger mais est tenue régulièrement informée de l’enquête en cours, a souligné que les événements survenus en tout début de matinée montraient que “la menace terroriste qui pèse sur le Royaume-Uni reste importante”.

“J’appelle la population à rester vigilante”, a-t-elle ajouté.

Le ministre de la Sécurité, Ben Wallace, a souligné que “l’affaire est simplement traitée comme un incident terroriste, mais nous n’en avons pas encore pleine confirmation”. Il a précisé que le suspect était un citoyen britannique originaire d’un pays tiers.

La BBC, citant des sources anonymes, a rapporté que l’homme vivait dans la région de Birmingham, dans le centre de l’Angleterre. Il n’était pas suivi par les services britanniques du contre-terrorisme (MI5) mais était connu des services de police, ajoute la BBC.

La police a indiqué en fin d’après-midi que des perquisitions étaient en cours à trois adresses distinctes, deux à Birmingham et une à Nottingham.

La voiture - une Ford Fiesta - a percuté des cyclistes et des piétons avant de s’immobiliser contre une barrière de sécurité sur une rampe d’accès au Parlement, à 07h37 heure locale (06h37 GMT). Ses embardées ont été filmées par les caméras de sécurité. Le véhicule a été fouillé, aucune arme n’a été découverte.

Les services ambulanciers de Londres ont annoncé avoir évacué deux personnes vers des hôpitaux. Leurs blessures ne sont pas jugées sérieuses. Une troisième victime, une femme grièvement blessée, a été soignée sur place mais là encore, ses jours ne sont pas en danger.

Un témoin, Jason Williams, a raconté aux journalistes présents sur place que le véhicule avait percuté à grande vitesse une barrière de sécurité fermant une voie d’accès au Parlement. Il a dit avoir eu le sentiment qu’il s’agissait d’un acte délibéré.

SIXIÈME ATTENTAT EN 18 MOIS ?

Les chaînes de télévision britanniques ont diffusé les images de policiers pointant leurs armes en direction du véhicule accidenté et d’un homme menotté emmené par des policiers lourdement armés.

Si le mobile terroriste se confirme, il s’agira de la deuxième attaque visant le Parlement en un peu moins de 18 mois, et de la sixième sur le sol britannique sur la même période.

Au nom de “tous les Londoniens”, le maire travailliste de Londres, Sadiq Khan, a exprimé sur Twitter “la condamnation totale de tous les actes de terrorisme dans notre ville”.

“Nouvelle attaque terroriste à Londres”, a pour sa part commenté Donald Trump sur Twitter. “Ces animaux sont fous et doivent être traités avec dureté et force !”, ajoute le président des Etats-Unis.

En mars 2017, Khalid Masood, un homme de 52 ans, avait tué quatre personnes sur le pont de Westminster avant de poignarder à mort un officier de policier non-armé devant le Parlement. Il avait été abattu sur place.

Cet attentat était le premier d’une série de cinq qui ont eu lieu l’an passé en Grande-Bretagne, où le niveau d’alerte terroriste demeure “sévère”, ce qui signifie que le risque d’attaques est considéré comme élevé.

Depuis l’attaque de Masood, les services britanniques ont déjoué 13 complots islamistes et quatre complots d’extrême droite, a précisé le porte-parole de Theresa May, ajoutant qu’à fin juin, les services britanniques menaient de front quelque 676 enquêtes.

La semaine passée, un jeune homme de 26 ans converti à l’islam a avoué avoir eu le projet de tuer une centaine de personnes en précipitant un camion dans la zone piétonnière d’Oxford Street, l’une des rues les plus commerçantes du centre de Londres fréquentée par les touristes.

avec Michael Holden, James Davey, Paul Sandle et William Schomberg; Pierre Sérisier et Henri-Pierre André pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below