August 5, 2018 / 1:17 PM / 2 months ago

Le séisme de Lombok a fait près de 100 morts, exode de touristes

PEMENANG, Indonésie (Reuters) - Le tremblement de terre de magnitude 6,9 qui a frappé dimanche en début de soirée l’île indonésienne de Lombok a fait au moins 98 morts et plus de 200 blessés et entraîné l’exode de nombreux touristes, selon un nouveau bilan communiqué lundi par l’Agence de prévention des catastrophes.

Le tremblement de terre de magnitude 6,9 qui a frappé dimanche en début de soirée l'île indonésienne de Lombok (photo) a fait au moins 98 morts et plus de 200 blessés et entraîné l'exode de nombreux touristes. /Photo prise le 6 août 2018/REUTERS/ Antara Foto/Zabur Karuru

Les autorités indonésiennes précisent qu’il s’agit d’un bilan encore provisoire, les informations continuant de remonter à mesure que progressent les secours. Aucun ressortissant étranger n’a été tué. Quelque 13.000 maisons et bâtiments se sont effondrés ou ont été gravement endommagés, a dit un porte-parole de l’Agence de prévention des catastrophes, lors d’une conférence de presse.

Sutopo Purwo Nugroho a précisé que la plupart des victimes se trouvaient dans la partie Nord de l’île de Lombok et que deux personnes avaient été tuées à Bali.

On compte à ce stade 236 blessés, dont quatre ressortissants français, selon le Quai d’Orsay qui précise qu’ils sont suivis par l’ambassade de France à Djakarta.

L’épicentre de la secousse a été localisé à 10 km de profondeur sur les côtes nord de Lombok.

Plus de 120 répliques ont secoué Lombok après le séisme, qui a aussi été ressenti sur l’île voisine de Bali, d’après les relevés de l’Agence indonésienne de météorologie, de climatologie et de géophysique (BMKG). Une nouvelle secousse, de magnitude 5,2, s’est produite dans la nuit, réveillant habitants et touristes qui se sont rués hors des hôtels.

Lombok, qui abrite le Mont Rinjani, le deuxième volcan actif le plus haut d’Indonésie, avait déjà été touché le 29 juillet dernier par un séisme de magnitude 6,4 qui a fait 17 morts et 162 blessés.

Des coupures de courant et des réseaux de communication ont affecté la plupart de l’île. Un pont s’est effondré, compliquant la progression des secours vers les zones les plus proches de l’épicentre du séisme.

L’armée indonésienne a annoncé l’envoi de moyens de soutien logistique ainsi que de l’aide humanitaire et médical.

“HURLEMENTS”

Le tremblement de terre a semé la panique parmi les touristes et les populations locales, et des milliers de personnes ont dû être évacuées vers des abris en plein air.

A Bali, des secousses ont été ressenties pendant quelques secondes. Les habitants et les touristes, pris de panique, ont quitté leur logement ou les hôtels et restaurants où ils se trouvaient.

De longues files d’attente se sont formées lundi à l’aéroport de Mataram, principale ville de l’île de Lombok, où des touristes cherchaient à quitter l’île.

Plus de 2.000 touristes étrangers et indonésiens ont été évacués par bateaux des trois îles de Gili, toutes proches de la côte occidentale de Lombok, a annoncé sur Twitter le porte-parole de l’Agence de prévention des catastrophes.

“J’étais sur le toit de mon hôtel et le bâtiment a commencé à vaciller très fort”, a déclaré Gino Poggiali, un touriste français de 43 ans rencontré à l’aéroport de Lombok avec sa femme et ses deux enfants. “J’avais l’impression qu’il bougeait de deux mètres d’un côté, puis de l’autre. Je ne pouvais plus tenir debout.”

Les Poggiali se trouvaient à Bali lors du tremblement de terre du 29 juillet, à Lombok dimanche. “L’Indonésie, pour moi, c’est terminé. La prochaine fois, nous resterons en France ou nous irons dans une destination plus proche”, a déclaré Maud Poggiali, 44 ans.

Cette famille française a décidé d’écourter son séjour et de quitter l’Indonésie, quand d’autres touristes ont choisi de se rendre sur d’autres îles du pays.

La compagnie aérienne indonésienne Garuda a annoncé qu’elle allait programmer des vols supplémentaires au départ de Lombok. Dix-huit avions ont été mobilisés pour ces rotations, a précisé l’Agence de prévention des catastrophes.

Le ministre singapourien de l’Intérieur qui se trouvait dans un hôtel de Mataram, sur la côte occidentale de Lombok, au moment du tremblement de terre, a témoigné de la violence de la secousse sur sa page Facebook. “C’était pratiquement impossible de se tenir debout. On entendait des hurlements”, a écrit K. Shanmugam.

Son gouvernement a conseillé aux ressortissants singapouriens présents à Lombok de quitter l’île et à ceux qui avaient prévu de s’y rendre de reporter leur voyage.

avec Fransiska Nangoy, Gayatri Suroyo, Fanny Potkin, Agustinus Beo da Costa et Jessica Damiana à Djakarta, Jamie Freed à Singapour et Colin Packham à Sydney; Jean Terzian et Henri-Pierre André pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below