July 26, 2018 / 11:14 AM / 4 months ago

Tout accord commercial doit être fondé sur la réciprocité, dit Le Maire

La France s'est félicitée jeudi que l'Union européenne et les Etats-Unis aient renoué le dialogue sur les questions commerciales mais a exprimé son hostilité à la négociation d'un grand accord du type TTIP (partenariat transatlantique sur le commerce et l'investissement) avec l'administration Trump. /Photo prise le 21 février 2018/REUTERS/Stéphane Mahé

PARIS (Reuters) - La France s’est félicitée jeudi que l’Union européenne et les Etats-Unis aient renoué le dialogue sur les questions commerciales mais a exprimé son hostilité à la négociation d’un grand accord du type TTIP (partenariat transatlantique sur le commerce et l’investissement) avec l’administration Trump.

Dans une déclaration transmise par Bercy, le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire a estimé en outre que l’agriculture devait être exclue des futures discussions.

Donald Trump et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker sont convenus mercredi de travailler à l’abaissement des barrières commerciales entre les Etats-Unis et l’Union, d’abord sur les produits industriels mais également, selon les dires du président américain, les services, la chimie, la pharmacie, les équipements médicaux, ainsi que dans le soja.

“La France a toujours dit qu’il fallait éviter une guerre commerciale”, a déclaré Bruno Le Maire, “il est bien de revenir au dialogue avec les Américains sur les questions commerciales.”

Alors que Paris exclut depuis le début de négocier sous la pression de l’administration américaine, qui a déjà relevé les droits de douane sur l’acier et l’aluminium européens et menace maintenant de le faire pour l’automobile, le ministre a insisté sur un “besoin de clarification” après les annonces de mercredi à Washington.

“Nous ne voulons pas entrer dans la négociation d’un grand accord, dont nous avons vu les limites avec le TTIP”, un traité commercial global dont la négociation, entamée avec la précédente administration américaine, est au point mort, a-t-il dit

Pour Bruno Le Maire, “l’agriculture doit rester hors du champ de ces discussions” et les barrières non tarifaires agricoles, comme les normes européennes sanitaires, alimentaires et environnementales “ne sont pas négociables”.

Il a encore estimé que “tout accord commercial doit être fondé sur la réciprocité” et que, en conséquence, l’accès aux marchés publics américains, aujourd’hui largement fermés aux Européens, “doit faire partie des discussions”.

Il a enfin réclamé des “actes de bonne volonté du côté des Américains”, évoquant plus spécifiquement les droits de douane sur les secteurs de l’acier et de l’aluminium.

Yann Le Guernigou et Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below