July 24, 2018 / 6:41 PM / 2 months ago

Strzoda "assume" la sanction infligée à Benalla

PARIS (Reuters) - Le directeur de cabinet d’Emmanuel Macron à l’Elysée, Patrick Strzoda, a déclaré mardi assumer les mesures prises à l’encontre d’Alexandre Benalla, filmé lors des manifestations du 1er-Mai en train de malmener des manifestants.

Le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron à l'Elysée, Patrick Strzoda (photo), a déclaré mardi assumer les mesures prises à l'encontre d'Alexandre Benalla, filmé lors des manifestations du 1er-Mai en train de malmener des manifestants. /Photo prise le 24 juillet 2018/REUTERS/Philippe Wojazer

Convoqué par la commission des Lois de l’Assemblée nationale, Patrick Strzoda a défendu la mise à pied de 15 jours, assortie d’une suspension de traitement et suivie d’une rétrogradation, qu’il a lui-même infligée à Alexandre Benalla.

“Les éléments dont je disposais le 2 mai, donc le lendemain, m’ont conduit à cette sanction, que j’ai considérée comme adaptée, proportionnée à un comportement individuel fautif”, a-t-il déclaré devant les députés.

“Je comprends parfaitement qu’on puisse considérer qu’elle n’était pas adaptée”, a-t-il ajouté. “En tout cas, en ce qui me concerne, j’assume ma décision.”

Il a également dit ne pas avoir eu suffisamment d’”éléments” lui permettant à l’époque de saisir la justice en vertu de l’article 40 du code de procédure pénale.

L’opposition juge trop légère la punition décidée contre Alexandre Benalla, alors chargé de mission au cabinet de l’Elysée.

Simon Carraud et Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below