July 20, 2018 / 6:02 PM / 4 months ago

Limitation d'accès au Mont-Blanc par le refuge du Goûter

Le préfet de Haute-Savoie a pris vendredi un arrêté restreignant l’accès au sommet du Mont-Blanc par la "voie normale" jusqu’au refuge du Goûter situé à 3.815 mètres d'altitude, en raison d'une trop grande affluence. /Photo d'archives/REUTERS/Denis Balibouse

LYON (Reuters) - Le préfet de Haute-Savoie a pris vendredi un arrêté restreignant l’accès au sommet du Mont-Blanc par la “voie normale” jusqu’au refuge du Goûter situé à 3.815 mètres d’altitude, en raison d’une trop grande affluence.

Cet arrêté, qui prévoit de limiter l’accès au sommet du plus haut mont d’Europe jusqu’au 1er août, vient prolonger un premier arrêté pris pour les mêmes raisons en début de saison estivale, le 13 juillet jusqu’au 21 juillet.

Les services de l’Etat tentent ainsi de réguler le flot des touristes-alpinistes qui entament l’ascension du Mont-Blanc sans réservation au refuge, et sont alors contraints de s’y entasser ou de camper à proximité.

L’arrêté a été pris “compte tenu des risques graves d’atteinte à l’ordre public par cette surfréquentation en terme de sécurité, de salubrité et de tranquillité publique”, précise le préfet, Pierre Lambert, dans un communiqué.

Depuis le 14 juillet, il est donc interdit de monter au refuge du Goûter sans avoir préalablement réservé.

Le maire de Saint-Gervais, Jean-Marc Peillex, avait menacé, au début de l’été, de fermer purement et simplement le refuge pris d’assaut par les alpinistes dont le nombre est souvent supérieur à 120, la capacité autorisée au refuge.

“Le gardien ne sait comment gérer la situation. Il a d’un côté l’obligation administrative de ne pas dépasser la capacité autorisée de 120 personnes et de l’autre l’obligation de ne pas mettre en danger les alpinistes”, confiait-il début juillet.

Cette restriction de circuler sur la voie normale du Mont-Blanc se matérialise par un contrôle de réservation réalisé par les CRS ou le Peloton de gendarmerie de Haute-Montagne (PGHM) au niveau du refuge des Rousses, à 3.100 mètres.

Catherine Lagrange, édité par Elizabeth Pineau

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below