July 6, 2018 / 8:16 AM / 5 months ago

Nouvelle dégradation du déficit courant en mai

PARIS (Reuters) - Le déficit des transactions courantes de la France s’est une nouvelle fois creusé en mai, à 2,9 milliards d’euros, après un déficit révisé à 1,3 milliard en avril, selon les données CVS-CJO publiées vendredi par la Banque de France.

Le déficit des transactions courantes de la France s'est une nouvelle fois creusé en mai, à 2,9 milliards d'euros, après un déficit révisé à 1,3 milliard en avril, selon les données CVS-CJO publiées vendredi par la Banque de France. /Photo d'archives/REUTERS/Dado Ruvic

Le déficit d’avril avait été annoncé à 1,1 milliard en première estimation.

Le creusement du déficit des transactions courantes en mai résulte d’une dégradation du solde des échanges de biens (-4,9 milliards d’euros après -3,9 milliards en avril) combinée à une érosion de l’excédent des échanges de services, qui s’est établi à 1,0 milliard d’euros contre 1,7 milliard en mars.

L’excédent des revenus primaires et secondaires n’a que peu varié d’un mois sur l’autre, à 1,0 milliard après 0,8 milliard en avril.

Dans le détail, l’aggravation du déficit des échanges de biens en mai s’explique par la dégradation du solde des échanges de biens hors énergie (-1,6 milliard, après -0,4 milliard), alors que la facture énergétique s’est légèrement allégée, affichant un déficit de 3,3 milliards d’euros contre un déficit de 3,5 milliards en avril.

Le tassement de l’excédent des services s’explique par une moins bonne performance des services hors tourisme et transports, alors que l’excédent du tourisme international a légèrement augmenté, souligne la Banque de France.

Le compte financier (en données brutes) fait apparaître des investissements directs français à l’étranger en forte baisse en mai (0,4 milliard d’euros après 6,2 milliards en avril), parallèlement à une baisse de moindre ampleur des investissements étrangers en France (3,1 milliards contre 3,6 milliards en avril).

Les investissements de portefeuille se sont soldés en mai par des entrées nettes de capitaux d’un montant de 2,2 milliards d’euros après des sorties nettes à hauteur de 28,1 milliards le mois précédent.

Les opérations de prêts et emprunts se traduisent quant à elles par des entrées nettes comme en avril, mais d’un montant bien moins important, 3,3 milliards d’euros après 41,2 milliards.

La Banque de France a également révisé les chiffres de la balance des paiements du premier trimestre avec une amélioration du déficit des transactions courantes sur la période (à -13,0 milliards d’euros contre -15,1 milliards précédemment).

Elle fait désormais état d’un déficit des échanges de biens de 14,5 milliards d’euros au titre du premier trimestre (contre -14,7 précédemment). L’excédent des échanges de service a été revu en hausse à 4,7 milliards (soit 0,4 milliard de plus qu’auparavant) et le déficit du compte financier s’est creusé de 4,9 milliards d’euros par rapport à la précédente estimation, pour atteindre un montant total de 25,0 milliards.

Données détaillées sur le site de la Banque de France :

bit.ly/2KzbY3M

Le point sur la conjoncture française [ECO/FR]

Graphique: Les chiffres clés de l'économie tmsnrt.rs/2B7G9qP

Myriam Rivet, édité par Bertrand Boucey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below