July 3, 2018 / 11:28 AM / 3 months ago

Greenpeace lance un drone sur une centrale nucléaire

PARIS (Reuters) - Greenpeace a annoncé avoir fait s’écraser mardi un drone revêtu d’un habit de Superman sur un bâtiment d’une centrale nucléaire française pour prouver la vulnérabilité de ces installations aux attaques.

La centrale EDF de Bugey (Ain). Greenpeace a annoncé avoir fait s'écraser mardi un drone revêtu d'un habit de Superman sur un bâtiment d'une centrale nucléaire française pour prouver la vulnérabilité de ces installations aux attaques. /Photo d'archives/REUTERS/Benoit Tessier

Selon l’organisation de défense de l’environnement, l’engin piloté par un militant s’est écrasé contre un mur d’une piscine d’entreposage de combustible usé de la centrale EDF de Bugey (Ain), après être entré dans la zone de survol interdit.

“Cette action démontre une nouvelle fois l’extrême vulnérabilité de ce type de bâtiment, qui est pourtant celui qui contient le plus de radioactivité dans une centrale nucléaire”, écrit Greenpeace dans un communiqué.

EDF a annoncé que deux drones avaient survolé le site, dont un a été intercepté par la police. “La présence de ces drones n’a eu aucun impact sur la sûreté des installations”, précise le groupe dans un communiqué, ajoutant qu’il allait porter plainte.

Selon Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire chez Greenpeace France, les piscines de combustibles usés sont “très facilement accessibles (...) et donc éminemment vulnérables face au risque d’attaques extérieures”, ce que conteste EDF.

“Le bâtiment combustible est un bâtiment important pour la sûreté, dimensionné notamment contre les agressions externes naturelles ou accidentelles, ce qui lui assure une robustesse élevée”, déclare le groupe.

Les intrusions répétées de Greenpeace dans des centrales nucléaires françaises ont entraîné l’ouverture d’une enquête parlementaire sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires, dont les conclusions doivent être publiées jeudi.

En octobre, des militants de Greenpeace ont passé deux barrières de sécurité et lancé des feux d’artifice au-dessus de la centrale EDF de Cattenom (Moselle).

En février, plusieurs militants de l’organisation ont été condamnés à des peines de prison avec sursis et Greenpeace à une amende de 50.000 euros.

Geert De Clercq, Jean-Baptiste Vey pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below