June 29, 2018 / 10:14 AM / 3 months ago

Molins pressenti pour la Cour de cassation

PARIS (Reuters) - La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a proposé vendredi le nom du médiatique procureur de Paris, François Molins, pour le poste de procureur général de la Cour de cassation, un des plus élevés de l’autorité judiciaire, a annoncé la chancellerie.

La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a proposé vendredi le nom du médiatique procureur de Paris, François Molins (photo), pour le poste de procureur général de la Cour de cassation, un des plus élevés de l'autorité judiciaire. /Photo d'archives/REUTERS/Eric Gaillard

François Molins, qui aura 65 ans le 26 août, s’est fait connaître du grand public en tant que responsable du parquet antiterroriste et par ses comptes rendus très circonstanciés sur les attentats qui ont frappé la France depuis janvier 2015.

Si sa nomination est entérinée par le Conseil supérieur de la magistrature, qui pourrait l’entendre en juillet, il succédera à Jean-Claude Marin, atteint par la limite d’âge (il aura 69 ans en août), qui prend sa retraite le 30 juin.

Selon un porte-parole de la Cour de cassation, c’est le premier avocat général à la Cour de cassation, Philippe Ingall-Montagnier, qui assurera l’intérim.

Le mandat de François Molins en tant que procureur de la République de Paris est censé prendre fin en novembre et il paraît improbable qu’il quitte ce poste sensible avant que son propre successeur n’ait été désigné.

Le nom de l’actuel procureur de Lyon, Marc Cimamonti, est celui qui revient le plus dans les couloirs des palais de justice pour lui succéder.

Le nom de François Molins a également circulé quand il a été question de créer un parquet national antiterroriste, projet qui ne semble cependant pas devoir se concrétiser avant 2019.

“Je continue ma réflexion sur ce sujet”, déclare Nicole Belloubet dans une interview publiée vendredi par Le Figaro.

“Ma première préoccupation est de m’assurer qu’en matière de lutte contre le terrorisme, nous puissions établir des ponts entre l’ensemble des acteurs concernés par une affaire”, explique-t-elle. “Il faut que nous conservions un parquet antiterrorisme centralisé à Paris. Mais il faut accentuer les liens avec les autres parquets.”

Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below