June 27, 2018 / 12:40 PM / in 5 months

Vers la disparition du mot "race" de la Constitution française

La commission des Lois de l'Assemblée nationale a adopté mercredi un amendement visant à supprimer le mot "race" de la Constitution française et à y inclure une référence à l'égalité entre les femmes et les hommes. /Photo d'archives/REUTERS/Philippe Wojazer

PARIS (Reuters) - La commission des Lois de l’Assemblée nationale a adopté mercredi un amendement visant à supprimer le mot “race” de la Constitution française et à y inclure une référence à l’égalité entre les femmes et les hommes.

“La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction de sexe, d’origine ou de religion”, lit-on dans la nouvelle version de l’article 1er, qui devra être approuvée en séance publique au Palais-Bourbon.

Le mot “race” figure actuellement entre l’origine et la religion dans l’énumération.

Richard Ferrand, rapporteur général du projet de loi sur le volet constitutionnel de la réforme des institutions, a salué le “très large consensus sur l’ensemble des bancs pour considérer qu’il fallait donner un signe” montrant que le mot “race” n’avait “pas sa place dans notre Constitution”.

“Cela veut dire que l’on considère que l’espèce humaine ne s’entend pas en classement de races, qui est un concept dont on connaît les dérives et ce qu’il suscite”, a ajouté l’élu breton, président du groupe La République en marche à l’Assemblée, devant l’Association des journalistes parlementaires.

Le groupe parlementaire GDR, à majorité communiste, a salué dans un communiqué une “grande avancée”, rappelant le combat en ce sens mené par le passé par le député communiste Michel Vaxès et l’ex-député martiniquais Alfred Marie-Jeanne.

La commission des Lois a par ailleurs adopté un amendement inscrivant la protection de l’environnement, de la biodiversité et de la lutte contre les changements climatiques dans ce même article, une proposition soutenue par le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot.

“Cette inscription constitue une véritable avancée, qui semblait à certains hors d’atteinte il y a encore quelques semaines, et qui va donner à ces enjeux la place majeure et impérative qu’ils méritent dans notre République”, a écrit le député La République en marche (LaRem) Matthieu Orphelin dans un communiqué.

“La France sera le premier pays européen et du G20 à constitutionnaliser le climat.”

Elizabeth Pineau et Caroline Pailliez édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below