June 26, 2018 / 2:09 PM / 6 months ago

Le mystère sur le groupe "AZF" peut-être bientôt levé

Le mystère autour d'un groupe intitulé "AZF", qui avait menacé de s'en prendre au réseau de la SNCF, est peut-être sur le point d'être éclairci 15 ans après les faits. /Photo prise le 13 juin 2018/REUTERS/Régis Duvignau

PARIS (Reuters) - Le mystère autour d’un groupe intitulé “AZF”, qui avait menacé de s’en prendre au réseau de la SNCF, est peut-être sur le point d’être éclairci 15 ans après les faits.

Trois personnes ont été placées en garde à vue mardi dans le cadre de l’enquête ouverte sur ce dossier le 18 février 2004, a-t-on appris de source judiciaire.

Ces trois personnes, une femme née en 1962 et deux hommes nés en 1947 et 1953 sont “des gens normaux, insérés dans la société civile” et n’appartiennent pas aux milieux islamistes, précise-t-on de sources proches de l’enquête.

L’information judiciaire avait été ouverte pour association de malfaiteurs terroristes, menaces de destruction sous conditions et infraction à la législation sur les explosifs en relation avec une entreprise terroriste.

Le mystérieux groupe AZF avait signé plusieurs menaces d’attentats contre le réseau ferroviaire français à partir du 11 décembre 2003, avec une demande de rançon de quatre millions d’euros et d’un million de dollars.

Plus de 10.000 cheminots avaient été mobilisés pour examiner 32.000 km de voies ferrées. Une bombe constituée d’un mélange de fioul et de nitrate d’ammonium avait ainsi été trouvée sur la ligne Paris-Toulouse, au nord de Limoges, à proximité d’un embranchement conduisant à un site de stockage d’uranium.

Une autre bombe avait été trouvée près de Troyes (Aube) avant que le groupe annonce suspendre ses actions en mars 2004.

En octobre 2004, la signature AZF avait réapparu avec une menace d’empoisonner les produits de sociétés agroalimentaires, dont Coca-Cola, si une rançon n’était pas versée, sans qu’il soit établi s’il s’agissait du même groupe.

Le 18 avril 2006, une bombe artisanale avait de nouveau été retrouvée sur une ligne TGV mais le mystère n’avait, là encore, pas été élucidé, malgré une forte mobilisation policière.

Emmanuel Jarry, avec Service France

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below