June 21, 2018 / 4:33 PM / 4 months ago

En Bretagne, Macron se défend d'être le "président des villes"

QUIMPER, Finistère (Reuters) - Emmanuel Macron, dépeint par la droite comme le “président des villes” et toujours perçu par une majorité de l’opinion comme le “président des riches”, a assuré jeudi, lors d’un déplacement en Bretagne, être le “président de tous les Français”, accusant ses détracteurs de “jouer sur les peurs”.

Emmanuel Macron, dépeint par la droite comme le "président des villes" et toujours perçu par une majorité de l'opinion comme le "président des riches", a assuré jeudi, lors d'un déplacement en Bretagne, être le "président de tous les Français", accusant ses détracteurs de "jouer sur les peurs". /Photo prise le 21 juin 2018/REUTERS/Stéphane Mahé

“On m’a parfois d’ailleurs dit - il se peut qu’on me le dise encore - que je serais le président des villes, parfois on dit même des riches, de ceux qui réussissent, etc.”, a dit le chef de l’Etat lors d’un discours à Quimper (Finistère).

“Je suis le président des Françaises et des Français et je n’ai jamais cru à ces oppositions et ces oppositions n’ont d’ailleurs jamais conduit à rien”, a-t-il ajouté. “Mais ceux qui veulent faire ça, ils font comme d’ailleurs ceux souvent qu’ils dénoncent, comme les extrêmes, ils jouent sur les peurs parce qu’il y a une peur française qui va avec ce goût français de la justice, qui est un goût dont il ne faut jamais perdre le sel”.

“Nous avons tout pour réussir, pour saisir tout ce qui s’offre à nous”, a-t-il ajouté, et dans le même temps il y a “les peurs que ce ne soit plus tout à fait pareil, que ça se divise, que ça se désagrège, que la réussite des uns soit un peu de l’oubli des autres”.

Selon un sondage Odoxa-Dentsu consulting publié début mai, un an après son élection, trois quarts des Français (72%) perçoivent Emmanuel Macron comme un “président des riches”.

Le chef de l’Etat est également dépeint comme le président “des villes” ou “des métropoles” par le président Les Républicains (LR) Laurent Wauquiez qui l’accuse de “mépriser” notamment le monde agricole.

“Je ne crois pas une seule seconde qu’on construira la France de demain uniquement avec des métropoles”, a dit Emmanuel Macron à Quimper. Avec “20% seulement des Bretons vivent dans un pôle urbain de plus de 100.000 habitants”, la Bretagne constitue dans cette optique un “laboratoire d’aménagement” territorial permettant d’associer “la croissance des métropoles et le maintien d’activités dans des territoires ruraux”.

Marine Pennetier, avec Stéphane Mahé à Quimper, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below