June 15, 2018 / 9:05 AM / 3 months ago

Philippe n'a "aucun doute" sur la solidité de la majorité

PARIS (Reuters) - Edouard Philippe assure, dans une interview publiée vendredi, n’avoir “aucun doute” sur la solidité de la majorité présidentielle malgré les voix divergentes ces dernières semaines d’élus La République en Marche (LaRem) sur l’immigration et l’asile ou encore les aides sociales.

Edouard Philippe assure, dans une interview publiée vendredi, n'avoir "aucun doute" sur la solidité de la majorité présidentielle malgré les voix divergentes ces dernières semaines d'élus La République en Marche (LaRem) sur l’immigration et l'asile ou encore les aides sociales. /Photo prise le 13 juin 2018/REUTERS/Benoit Tessier

“Il y a des expressions, des sensibilités, des interrogations et c’est sain”, estime le Premier ministre, proche d’Alain Juppé et ancien élu Les Républicains, dans cet entretien à 20 Minutes.

“Si elles n’existaient pas, vous diriez que c’est une majorité de ‘godillots’. Elle (la majorité) est soudée et va mettre en oeuvre les engagements du président de la République, je n’ai aucun doute là-dessus.”

Cette majorité “est cimentée par la philosophie et les engagements portés par le président de la République”, a-t-il ajouté. “Même si elle est faite d’hommes et de femmes qui viennent d’horizons politiques et professionnels différents, il y a une volonté commune d’être à la hauteur de ces engagements. C’est un sentiment extrêmement fort au sein de la majorité parlementaire.”

Ces derniers jours, le silence puis le refus du gouvernement français d’accueillir le navire l’Aquarius ont fait sortir de leur réserve certains députés La République en Marche.

Sonia Krimi, Brigitte Bourguignon, Saïd Ahamada, Sébastien Nadot, Hugues Renson et Anne-Christine Lang ont ouvertement regretté le manque de réactivité de Paris face à ce drame humanitaire. Ces réactions ont rappelé les débats qui ont accompagné le parti présidentiel, plus tôt dans l’année, lors de l’examen de la loi dite “asile et immigration”.

La réforme des aides sociales, souhaitée par l’exécutif qui souhaite ainsi mettre fin à un “maquis illisible” pour gagner en efficacité, fait également grincer des dents au sein de l’aile “sociale” de la majorité.

Marine Pennetier, édité par Yann Le Guernigou

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below