June 15, 2018 / 6:45 AM / 4 months ago

Oxfam pointe l'échec franco-italien face aux migrants de Vintimille

PARIS (Reuters) - Des milliers de migrants errent près la ville italienne de Vintimille, pris en étau à la frontière entre un système d’asile transalpin submergé et une police française qui leur refuse l’entrée sans discrimination, décrit l’association Oxfam dans un rapport publié vendredi.

A Vintimille. Des milliers de migrants errent près la ville italienne de Vintimille, pris en étau à la frontière entre un système d'asile transalpin submergé et une police française qui leur refuse l'entrée sans discrimination, décrit l'association Oxfam dans un rapport publié vendredi. /Photo d'archives/REUTERS/Eric Gaillard

Entre juillet 2017 et avril 2018, 16.500 migrants sont passés par Vintimille selon l’association qui intervient dans la petite ville à 7 km de la frontière française. Ils étaient 4.000 sur les quatre premiers de 2018.

“La principale source de préoccupation concerne le sort des mineurs isolés”, qui représentent un quart des migrants, dit l’association. “Ils signalent souvent des cas de maltraitance de la part de la police française alors qu’ils tentaient de traverser la frontière et sont fréquemment victimes de détention arbitraire, en violation de la législation française.”

Dans le cadre du rétablissement des contrôles aux frontières intra-européennes en vigueur en France depuis novembre 2015, la loi permet de refuser l’entrée en France à un étranger qui souhaite y demander l’asile si la procédure relève d’un autre pays, si la demande est jugée irrecevable ou infondée ou encore si ce dernier représente une menace grave à l’ordre public.

Les mineurs ont droit pour leur part à des garanties supplémentaires, qui excluent en théorie leur expulsion immédiate, notamment par la désignation d’un administrateur ad hoc chargé de leur situation.

Oxfam demande au gouvernement français de “mettre immédiatement un terme et sanctionner de façon adéquate les pratiques illégales de la police française à la frontière” et de garantir à tous les mineurs le droit à demander l’asile.

Elle demande en outre aux autorités italiennes d’identifier rapidement des sites adéquats pour accueillir un centre spécifique pour les mineurs et les femmes.

La Contrôleure générale des lieux de privation de liberté, Adeline Hazan a signalé la semaine dernière que la prise en charge des migrants par la police aux frontières transalpines de Menton (Alpes-Maritimes) se faisait “dans des conditions indignes et irrespectueuses de leurs droits”.

Julie Carriat, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below