June 14, 2018 / 12:13 PM / 4 months ago

Les JO 2024 amendés pour rentrer dans l'enveloppe

PARIS (Reuters) - Les Jeux olympiques de Paris 2024 respecteront les enveloppes initiales de budget public, grâce à des ajustements aux infrastructures notamment aquatiques, a déclaré jeudi le Premier ministre Edouard Philippe.

Les Jeux olympiques de Paris 2024 respecteront les enveloppes initiales de budget public, grâce à des ajustements aux infrastructures notamment aquatiques, a déclaré jeudi le Premier ministre Edouard Philippe. /Photo d'archives/REUTERS/Benoit Tessier

En mars, l’Inspection générale des finances avait mis en garde contre un risque potentiel de surcoût des travaux prévus pour l’organisation des Jeux, à hauteur de 600 millions d’euros.

Le gouvernement, les organisateurs, la maire de Paris Anne Hidalgo, le président du Comité d’organisation, Tony Estanguet et les élus des communes d’Île-de-France qui abriteront athlètes et compétitions ont signé jeudi un protocole d’organisation corrigé dans le souci de contenir ces risques. Le texte sera soumis au comité international olympique (CIO) lundi prochain.

Face au possible dérapage signalé par l’IGF, le Premier ministre Edouard Philippe a fait état d’”ajustements parfois significatifs mais qui ne retirent rien à la force du projet” pour garantir l’intégrité des finances publiques mises en jeu.

Sur un coût total fixé à 6,8 milliards d’euros, une enveloppe publique d’1,4 milliard d’euros est destinée aux installations pérennes, dont un milliard de l’Etat, le reste relevant des collectivités.

Le coeur de cible des réajustements actés jeudi est le centre aquatique olympique, cible de multiples signalements des inspecteurs de l’IGF.

“ETRE AU RENDEZ-VOUS”

La piscine olympique de 15.000 places sera finalement provisoire et mise à disposition du département, ainsi que deux autres bassins amovibles à l’issue des Jeux. La plaine Saint-Denis accueillera au total cinq bassins sur un même site, dont deux fixes, assortis de quatre nouvelles piscines dans le département.

“Il fallait être au rendez-vous d’une promesse faite aux habitants de la Seine-Saint-Denis”, a déclaré la maire de Paris Anne Hidalgo, face à des élus qui réclament notamment un rattrapage en terme d’équipements sportifs dans leur département.

Le coût du bassin principal était évalué à 260 millions d’euros par l’IGF, soit un dépassement de plus de 150 millions d’euros, auquel s’ajoutaient d’éventuels dérapages dans la construction du reste des infrastructures nautiques.

“La révision à laquelle nous avons procédé a permis de rentrer dans l’enveloppe qui est prévue. Cette enveloppe sera respectée”, a déclaré à Reuters le président de la métropole du Grand Paris, Patrick Ollier, maître d’ouvrage du CAO.

“Elle permet d’avoir une enveloppe de 90 millions d’euros pour ce centre olympique alors qu’au départ c’était 134 et qu’après c’est monté à 200 millions d’euros et quelque”, a-t-il dit, assurant par ailleurs du respect des délais de livraison en 2023.

En parallèle, d’autres constructions ont été maintenues en l’état en dépit des signalements de l’Inspection générale. Le projet de village des médias est ainsi maintenu et confirmé à Dugny-Le Bourget, malgré l’avis de l’IGF qui proposait de diviser sa taille par trois. Une passerelle au format “économique” y permettra aux piétons de franchir l’A1.

Pas de réduction de la voilure non plus pour le village olympique, de 17.000 lits, quand les inspecteurs préconisaient de le ramener à 15.000 couchages.

Julie Carriat, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below