June 12, 2018 / 8:24 AM / 4 months ago

Borne appelle les syndicats de la SNCF à ne pas perturber le bac

PARIS (Reuters) - La ministre des Transports a de nouveau appelé mardi les syndicats de cheminots à prendre leurs responsabilités, au moment où le Parlement s’apprête à voter définitivement la réforme de la SNCF, et à ne pas perturber le déroulement des épreuves du bac par de nouvelles grèves.

La ministre des Transports a de nouveau appelé mardi les syndicats de cheminots à prendre leurs responsabilités, au moment où le Parlement s'apprête à voter définitivement la réforme de la SNCF, et à ne pas perturber le déroulement des épreuves du bac par de nouvelles grèves. /Photo prise le 9 avril 2018/REUTERS/Gonzalo Fuentes

“J’en appelle maintenant à la responsabilité des syndicats”, a dit Elisabeth Borne sur France info.

“Il est important que les syndicats de cheminots regardent ce qu’il y a dans ce texte de loi”, a-t-elle ajouté en soulignant qu’il apportait “des garanties de haut niveau” aux personnels qui seraient transférés à une autre compagnie en cas de perte d’un marché par la SNCF, en termes d’emploi, de portabilité du régime retraite et de “maintien intégral” des rémunérations.

“La semaine prochaine, où on a plus de 700.000 candidats qui vont passer le bac, j’appelle vraiment les syndicats à prendre leurs responsabilités. Perturber les épreuves du bac, c’est pas défendre le service public”, a encore indiqué Elisabeth Borne, qui s’est interrogée sur le sens d’une grève des cheminots qui se poursuivrait cet été.

La “journée de colère cheminote” organisée mardi par les syndicats hostiles à la réforme pour leur 29e jour de grève a été marquée par une participation plus faible par rapport à la précédente mobilisation du même genre, le 14 mai, mais en hausse par rapport à la dernière journée de grève, vendredi 8 juin.

Selon les chiffres communiqués par la SNCF le taux de grévistes s’élevait globalement à 17,63%, contre 13,68% le 8 juin et 27,58% le 14 mai.

Chez les conducteurs, la participation était mardi de 53,4%, contre 49,2% le 8 juin et 74,4% le 14 mai.

Interrogé sur BFMTV, le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez a déclaré qu’on était “loin d’une sortie de grève à la SNCF et qu’il reviendrait aux cheminots de décider d’une éventuelle poursuite du mouvement cet été.

“Les cheminots considèrent que trop de questions sont sans réponse pour suspendre le mouvement”, a-t-il dit en accusant le gouvernement de “crier victoire” au lieu de “jouer l’apaisement”.

“Soit on veut régler les affaires, soit on jette de l’huile sur le feu”, a ajouté Philippe Martinez.

Yann Le Guernigou, édité par Myriam Rivet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below