June 11, 2018 / 8:08 PM / in 6 months

Griveaux rappelle que le Bataclan programme ce qu'il entend

PARIS (Reuters) - Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a appelé lundi à la mesure et opposé “la règle de droit” aux appels de la droite et de l’extrême-droite à l’annulation de concerts du rappeur Médine prévus à l’automne au Bataclan.

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux (photo) a appelé lundi à la mesure et opposé "la règle de droit" aux appels de la droite et de l'extrême-droite à l'annulation de concerts du rappeur Médine prévus à l'automne au Bataclan. /Photo prise le 22 janvier 2018/REUTERS/Thibault Camus

“Les salles sont libres de programmer qui elles veulent” et “la liberté de l’artiste est totale sauf s’il y a incitation à la haine raciale, s’il y a trouble à l’ordre public et ça c’est au droit de le dire”, a-t-il dit sur la chaîne CNEWS en ajoutant que le rappeur “n’a pas été à ce stade condamné que je sache”.

Invitant “à la mesure et à la décence dans ce débat”, Benjamin Griveaux a déclaré que “la seule réponse à apporter c’est (...) la réponse du droit et non pas répondre sous le coup de l’émotion”.

Pour autant, le Bataclan étant un “lieu particulier”, le porte-parole du gouvernement a invité le programmateur à “dire pourquoi (...) il maintient cette programmation” et le chanteur à “lever les ambiguïtés” sur ces textes.

Dans un texte diffusé via Twitter, Médine “renouvelle (s)es condamnations passées à l’égard des abjects attentats du 13 novembre 2015 et de toutes les attaques terroristes” et fait part de son engagement contre “toutes formes de radicalisme dans (s)es albums”.

Il accuse l’extrême-droite de tenter “d’instrumentaliser la douleur des victimes et de leur famille”, de vouloir “dicter la programmation de nos salles de concert” et “plus généralement limiter notre liberté d’expression”.

De son côté, l’association de victimes des attentats du 13 novembre 2015 “Life for Paris” a rappelé sur Twitter que le Bataclan avait “aussi été victime des attentats du 13 novembre 2015” et que la salle restait “complètement libre de sa programmation, sous contrôle de la préfecture de police de Paris.”

“Notre association n’est pas un organe de censure, elle est et restera apolitique et ne laissera personne instrumentaliser la mémoire des victimes des attentats à des fins politiciennes, comme c’est le cas dans cette affaire”, est-il précisé.

La polémique enfle depuis dimanche autour de la venue du chanteur les 19 et 20 octobre prochains dans cette salle où ont péri 90 personnes le 13 novembre 2015, les dirigeants du Rassemblement national Marine Le Pen et des Républicains Laurent Wauquiez, entre autres, dénonçant une atteinte à la mémoire des victimes et réclamant une déprogrammation.

Le rappeur du Havre est l’auteur d’une chanson controversée “Don’t laïk” - sortie en début d’année 2015, juste avant l’attentat contre Charlie Hebdo - dans laquelle il chante “crucifions les laïcards comme à Golgotha” et “j’mets des fatwas sur la tête des cons” et qu’il décrit comme une “caricature tendue aux fondamentalismes”.

Myriam Rivet, édité par Nicolas Delame

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below