June 10, 2018 / 12:11 PM / in 10 days

Macron, un arrière gauche "taclant haut" et "ne lâchant rien"

PARIS (Reuters) - A cinq jours du coup d’envoi de la Coupe du monde de football en Russie, Emmanuel Macron a déclaré dimanche sur TF1 qu’il avait été enfant un arrière gauche “teigneux mais peu technique”.

A cinq jours du coup d'envoi de la Coupe du monde de football en Russie, Emmanuel Macron (ici photographié lors de sa visite de l'équipe de France, avec en arrière-plan le gardien de but Hugo Lloris) a déclaré dimanche sur TF1 qu'il avait été enfant un arrière gauche "teigneux mais peu technique". /Photo prise le 5 juin 2018/REUTERS/François Mori

Comme d’autres dirigeants français avant lui, le chef de l’Etat, interrogé dans le cadre de l’émission Téléfoot, a également fait implicitement des qualités requises pour gagner au football une métaphore politique.

Il a confié qu’il s’était laissé entraîner à jouer au football, quand il était enfant, par un frère “encore plus passionné” que lui et qu’il occupait le poste d’arrière gauche.

“Disons que sur le terrain, j’étais plutôt du genre à ne rien lâcher, à motiver les autres”, a-t-il raconté. “Donc taclant haut mais motivant les troupes et ne lâchant rien.”

Il a décrit ce qui faisait pour lui les très grands joueurs comme Michel Platini ou Zinedine Zidane: “Ils se déplacent sur le terrain, ils voient les situations et on a l’impression que les autres n’ont pas le même livre ouvert.”

Il a souhaité au passage que Michel Platini, blanchi par la justice suisse dans une affaire de versement présumé litigieux, reprenne toute sa place dans les instances du football mondial.

Emmanuel Macron, qui a rencontré mardi l’équipe de France dans le centre d’entraînement de Clairefontaine, a réaffirmé sa confiance dans ces joueurs et leur sélectionneur, Didier Deschamps. Il a précisé que son message à leur adresse tenait en trois mots : “L’unité, l’effort et la confiance.”

Le premier message, “c’est l’unité et la cohérence”, a-t-il ainsi expliqué. “Il y aura des jours difficiles, il y a des moments où on peut ne pas être d’accord, où on n’est pas forcément sélectionné, où on dit on a perdu parce que untel n’a pas bien joué (...) On perd en se divisant, l’unité est essentielle.”

Il a également réaffirmé qu’il n’avait pas l’intention de suivre le gouvernement britannique dans sa volonté de boycotter ce Mondial à la suite de la tentative de meurtre contre l’ancien agent double russe Sergueï Skripal et sa fille.

“Nous avons réagi très clairement, en solidarité totale avec nos amis britanniques, en renvoyant de manière coordonnée au niveau européen plusieurs diplomates russes”, a expliqué le président français.

“Mon souhait n’est pas d’aller plus loin sur ce sujet”, a-t-il ajouté. “Mon souhait, c’est qu’on avance et qu’on n’en reste pas aux mécanismes de sanction (...) ce qui ne conduit pas à boycotter un événement sportif comme le Mondial.”

L’équipe de France, qui a conclu ses matches de préparation par un nul 1-1 samedi soir à Lyon face aux Etats-Unis, entrera dans la compétition samedi prochain, contre l’Australie.

Emmanuel Macron ira la soutenir si elle passe les quarts de finale.

Emmanuel Jarry

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below