May 7, 2018 / 1:53 PM / a month ago

SNCF: La réforme ne changera pas mais peut être "finalisée" selon Philippe

PARIS (Reuters) - Le gouvernement ne modifiera pas fondamentalement sa réforme de la SNCF mais le texte et les modalités de la reprise de la dette peuvent encore être finalisés, a déclaré lundi Edouard Philippe à l’issue d’entretiens avec les syndicats.

Le gouvernement ne modifiera pas fondamentalement sa réforme de la SNCF mais le texte et les modalités de la reprise de la dette peuvent encore être finalisés, a déclaré lundi Edouard Philippe. /Photo prise le 7 mai 2018/REUTERS/Philippe Wojazer

Le Premier ministre a redit qu’il n’était pas question de revenir sur l’ouverture à la concurrence, la fin des embauches au statut à partir de 2020 et la transformation juridique de la compagnie ferroviaire.

“Le gouvernement ne reviendra pas sur les grands principes” mais “cela ne veut pas dire qu’il n’y aurait rien à discuter”, a-t-il dit lors d’une déclaration à la presse.

“Le texte ne changera pas fondamentalement (...) mais il peut encore être finalisé, la porte de madame la ministre reste évidemment ouverte et nous sommes prêts à discuter avec les organisations syndicales avant le passage au Sénat de certains amendements”, a-t-il ajouté.

Elisabeth Borne recevra vendredi les organisations sociales “qui le souhaitent” et elle a demandé à la direction de la SNCF et aux syndicats de se mettre d’accord sur un agenda social d’ici au 23 mai. Edouard Philippe a proposé de revoir les syndicats de cheminots le 24 ou le 25 mai.

Déjà votée en première lecture à l’Assemblée, la réforme contre laquelle ferraillent les syndicats depuis le 3 avril doit arriver au Sénat à partir de la fin mai, le 23 en commission et le 29 en séance publique, avant un vote solennel le 5 mai.

D’ici là, le gouvernement promet de donner plus de précisions sur la reprise “d’une partie substantielle” de la dette, qui s’élève à 47 milliards d’euros pour le seul réseau.

“L’Etat prendra ses responsabilités progressivement à partir de 2020. Reste à déterminer combien et comment. Mon objectif est que la reprise de la dette permette au groupe public d’être à l’équilibre économique à la fin du quinquennat”, a dit Edouard Philippe, qui veut introduire une “règle d’or” interdisant tout déficit excessif à l’avenir.

“Puis, par souci de sincérité, la reprise de dette sera clairement identifiée dans les comptes publics et elle fera l’objet d’un vote devant la représentation nationale”, a également déclaré le Premier ministre.

“Cette reprise elle ne sera pas minimale ni totale, mais nous reprendrons une partie substantielle de cette dette”. “Les conditions, elle seront précisées au fur et à mesure des semaines qui viennent et elles seront précisées avant le début de la séance publique au Sénat.”

Le Premier ministre a par ailleurs évoqué l’idée d’aller “plus loin” sur l’investissement et celle d’un “plan ambitieux” de formation et d’adaptation des salariés de la SNCF, une initiative qu’il laisse à la direction de la compagnie.

Simon Carraud et Yann Le Guernigou, édité par Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below