May 7, 2018 / 10:53 AM / 6 months ago

Air France-KLM, en grève et sans président, chute en Bourse

PARIS (Reuters) - Air France-KLM a chuté en Bourse lundi en réaction à la démission de son PDG Jean-Marc Janaillac vendredi soir, après l’échec surprise de la consultation menée en interne sur les salaires, tandis que la compagnie Air France connaît son 14e jour de grève en deux mois et demi.

Air France prévoit d'assurer 80% de ses vols le mardi 8 mai, a annoncé lundi la compagnie aérienne dans un communiqué. /Photo prise le 10 avril 2018/REUTERS/Gonzalo Fuentes

L’action du groupe franco-néerlandais a perdu 9,83% à 7,30 euros, portant sa baisse depuis le début de l’année à 46,2%.

Le titre pâtit également des incertitudes sur la nomination du nouveau PDG, qui n’est attendue qu’à l’issue de l’assemblée générale annuelle du groupe le 15 mai.

“La période qui s’ouvre ne permet pas d’engager une quelconque négociation”, réaffirme Air France.

Selon plusieurs représentants de l’intersyndicale, les organisations ont l’intention de demander à rencontrer la direction pour rouvrir des négociations plutôt que de déposer un nouveau préavis de grève.

Mais la réunion de l’intersyndicale, qui rassemble dix organisations (SNPL, Spaf, Alter, SNPNC, Unsa-PNC, CFTC, SNGAF, CGT, FO et SUD), s’est achevée lundi soir sans qu’une position commune n’ait été encore arrêtée et devait reprendre mardi matin en vue de la publication d’un tract à la mi-journée, a déclaré un représentant de l’une d’entre elles à Reuters.

Mardi, pour le 15e jour de grève, la compagnie a annoncé qu’elle assurerait 80% de ses vols (95% des long-courriers, 75% des moyen-courriers et 82% des court-courriers). Ce mouvement coïncide avec une nouveau séquence de deux jours de grève à la SNCF dont les syndicats ont été reçus lundi par le Premier ministre Edouard Philippe.

Chez Air France, seuls 2,9% du personnel au sol seront grévistes mardi, mais ils seront 17,8% chez les hôtesses et stewards et 14,2% chez les pilotes.

DES DETTES ET DES PERTES

Philippe Evain, président du Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), a vertement répliqué lundi au ministre de l’Economie Bruno Le Maire, qui a prévenu la veille que l’Etat, actionnaire à 14% d’Air France-KLM, ne viendrait pas au secours de la compagnie pour éponger ses dettes.

“M. Le Maire visiblement n’a pas relu toutes ses fiches. Air France n’a pratiquement plus de dettes”, a-t-il dit sur RTL.

Au 31 mars, Air France-KLM accuse cependant encore une dette nette de 6,282 milliards d’euros.

Philippe Evain a également estimé que la survie d’Air France n’était pas en jeu et que Bruno Le Maire recyclait de “vieilles idées reçues”.

Au premier trimestre, Air France a accusé une perte d’exploitation de 178 millions d’euros (tandis que KLM a dégagé un bénéfice de 60 millions), entraînant l’ensemble d’Air France-KLM en perte de 118 millions.

Jean-Marc Janaillac a annoncé vendredi sa démission après le rejet par référendum d’un projet d’accord salarial proposé par la direction aux salariés pour sortir d’une série de grèves dont le coût est estimé à 300 millions d’euros à fin avril et 25-30 millions pour chacun des quatre jours de mai.

“C’est donc le dossier social qui aura eu raison de Janaillac alors même qu’il semblait être le seul capable de sortir Air France de l’impasse (...). L’avenir s’annonce orageux pour le groupe”, estime Grégoire Laverne, gérant chez Roche Brune Asset Management, qui a vendu ses titres en septembre 2017.

Le SNPL, qui représente les deux tiers des pilotes de ligne avait déjà mené une grève de 15 jours en septembre 2014, pour s’opposer à la direction du groupe, dont le PDG de l’époque Alexandre de Juniac avait multiplié les restructurations avec suppressions de postes et gels des salaires à la clé.

“La méthode dure de Juniac vis-à-vis des syndicats n’a pas fonctionné, la méthode plus douce de Janaillac non plus”, constate Grégoire Laverne. “Le groupe semble être arrivé dans une impasse au niveau social.”

Il met le bond de 162% de l’action Air France-KLM en 2017 au crédit du “discours rassurant et prometteur” de Jean-Marc Janaillac, qui a en outre négocié l’entrée de Delta Airlines et China Eastern au capital d’Air France-KLM dont elles détiennent chacune 9%.

Avec Pascale Denis, Sudip Kar-Gupta et Elizabeth Pineau, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below