April 26, 2018 / 7:30 PM / 7 months ago

Rappel de 2.000 boîtes de lait infantile Prémilait

Le groupe d'alimentation bio pour bébés Prémibio a décidé de rappeler 2.000 boîtes de poudre de lait infantile Prémilait 1er âge en raison d'un risque de contamination par des entérobactéries, indique la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes. /Photo d'archives/REUTERS/Mal Langsdon

PARIS (Reuters) - Le groupe d’alimentation bio pour bébés Prémibio a décidé de rappeler 2.000 boîtes de poudre de lait infantile Prémilait 1er âge en raison d’un risque de contamination par des entérobactéries, indique la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes.

Ces produits étaient commercialisés depuis octobre 2017.

“Aucun cas d’infection à Enterobacter Sakazakii n’a été rapporté aux autorités sanitaires à ce jour. Toutefois, l’apparition d’une fièvre persistante chez l’enfant dans les 15 jours suivant la consommation de ce produit doit conduire les parents à consulter un médecin dans les meilleurs délais”, note la DGCCRF sur son site dans un communiqué daté de mercredi.

Ces rappels, effectués en accord avec la préfecture de la Vendée, interviennent à la suite d’un contrôle en octobre 2017 qui avait mis en évidence la présence de bactéries Enterobacter Sakazakii dans des échantillons de produits.

Prémibio avait décidé à l’époque de ne pas commercialiser une partie du lot concerné, mais les autorités ont considéré par la suite que “les éléments présentés par l’entreprise n’étaient pas suffisants pour exclure la contamination du reste du lot”.

“L’entreprise doit revoir sa procédure de gestion des non conformités”, notent-elles.

Ce rappel intervient dans le sillage du scandale touchant le groupe Lactalis, confronté à une crise sanitaire sans précédent après la contamination à la salmonelle de produits infantiles issus de son usine de Craon (Mayenne).

“Une nouvelle fois, cela démontre que notre système de contrôle actuel ne suffit pas et que la sécurité alimentaire sur ces produits n’est pas assurée”, estime dans un communiqué Quentin Guillemain, président de l’Association des familles de victimes (AFVLCS).

Julie Carriat, édité par Tangi Salaün

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below