April 24, 2018 / 4:57 PM / 8 months ago

A Washington, Macron fait état d'une "avancée" sur l'Iran

WASHINGTON (Reuters) - Au deuxième jour de sa visite d’Etat à Washington, Emmanuel Macron a fait état mardi d’une “avancée” sur l’Iran avec Donald Trump, évoquant la perspective d’un “nouvel accord plus large” permettant de répondre aux préoccupations américaines mais dont les contours et l’impact sur l’échéance du 12 mai restent flous.

A deux semaines d'une échéance cruciale pour l'avenir de l'accord sur le programme nucléaire iranien, Donald Trump a estimé mardi qu'une position commune avec Emmanuel Macron sur la question de l'Iran pouvait être trouvée prochainement tout en adressant une nouvelle mise en garde à Téhéran. /Photo prise le 24 avril 2018/REUTERS/Jonathan Ernst

Signé en 2015 par les Etats-Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Union européenne, l’accord sur le programme nucléaire iranien - ou JCPOA - a mis en place un encadrement des activités nucléaires iraniennes en échange d’une levée progressive des sanctions contre Téhéran.

Donald Trump, qui n’a pas mâché ses mots depuis son élection sur cet accord, a donné aux signataires européens jusqu’au 12 mai pour “réparer les affreuses erreurs” de ce texte, faute de quoi il refuserait de prolonger l’assouplissement des sanctions américaines contre la république islamique.

A l’approche de l’échéance, la pression diplomatique s’accroît sur les Etats-Unis, tant de la part de l’Iran que des pays européens, au premier rang desquels la France qui tente depuis plusieurs mois de “sauver” cet accord conclu après d’âpres négociations.

“On ne déchire pas un accord pour aller vers nulle part, on construit un nouvel accord qui est plus large et qui permet de couvrir l’ensemble de nos préoccupations”, a souligné Emmanuel Macron lors d’une conférence de presse à la Maison blanche, à l’issue d’un entretien avec son homologue.

Ce “nouvel accord” doit permettre d’englober quatre volets : bloquer toute activité nucléaire iranienne jusqu’en 2025, empêcher à plus long terme toute activité nucléaire, stopper les activités balistiques de l’Iran et créer les conditions d’une stabilité politique dans la région, a précisé le chef de l’Etat aux côtés du président américain.

“ACCORD DÉSASTREUX” AUX YEUX DE TRUMP

“La discussion que nous avons eue ensemble permet en tout cas d’ouvrir la voie de ce nouvel accord, qui me paraît indispensable, sur lequel nous allons travailler et sur lequel nous souhaitons associer, au-delà de l’ensemble des partenaires européens, les puissances de la région et évidemment la Russie et la Turquie”, a ajouté Emmanuel Macron.

Dans la matinée, avant leur entretien dans le bureau Ovale, Donald Trump avait dénoncé une nouvelle fois un “accord désastreux” conclu sous la présidence de Barack Obama. Il avait également adressé une nouvelle mise en garde à l’Iran contre toute relance de son programme nucléaire militaire.

“Les gens connaissent ma position sur l’accord iranien, c’est un accord terrible qui n’aurait jamais dû être conclu”, a-t-il dit. “Quel est ce genre d’accord qui permet de tester des missiles?”.

Il s’était toutefois montré optimiste sur la conclusion d’un accord “très rapidement” avec la France sur ce sujet, sans donner plus de détails.

“Nous avons su évoluer pour prendre en considération ce qui était important pour chacun de nos pays, jamais jusque-là nous n’avions ensemble pris une position pour dire ‘nous allons aller vers un nouvel accord sur l’Iran qui sert à fixer tous les sujets de la région’”, s’est félicité Emmanuel Macron lors de la conférence de presse commune.

Reste à savoir quel accueil l’Iran et d’autres puissances alliées réserveront à cette proposition franco-américaine et quel impact cela aura sur la décision américaine du 12 mai.

“Notre rôle c’est de faire de propositions”, souligne-t-on dans l’entourage du chef de l’Etat français. “Tout ne peut pas être suspendu à une décision américaine, il faut dépasser ça”.

“Ce qui est important c’est de se préparer à toutes les éventualités, d’une part continuer à tout faire pour convaincre les Américains de rester et d’autre part commencer à anticiper et envisager des solutions constructives avec les Américains”, ajoute-t-on.

Édité par Simon Carraud

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below