April 20, 2018 / 5:58 PM / 7 months ago

Vincent Lambert: La justice ordonne une nouvelle expertise

Rachel Lambert, la femme de Vincent Lambert, attend le début de l'audience concernant le cas de son mari à la Cour européenne des droits de l'homme à Strasbourg. Le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne (Marne) a ordonné vendredi une nouvelle expertise pour déterminer le "tableau clinique" de Lambert, un patient en état végétatif depuis dix ans dont le sort divise la famille depuis des années. /Photo d'archives/REUTERS/Vincent Kessler

STRASBOURG (Reuters) - Le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne (Marne) a ordonné vendredi une nouvelle expertise pour déterminer le “tableau clinique” de Vincent Lambert, un patient en état végétatif depuis dix ans dont le sort divise la famille depuis des années.

Il avait été saisi en référé par les parents, une sœur et un demi-frère de l’ancien infirmier psychiatrique de 41 ans, des catholiques pratiquants, qui contestaient la décision d’arrêt de l’hydratation et de l’alimentation artificielle dont bénéficie celui qu’ils considèrent comme un “handicapé”.

Son épouse, Rachel, cinq de ses frères et soeurs et un neveu souhaitent en revanche que Vincent Lambert, qui n’a pas repris conscience depuis un accident de la route en 2008, puisse mourir “dignement”, conformément à ce qu’étaient, selon eux, ses valeurs.

L’expertise “devra déterminer si le tableau clinique que présente M. Vincent Lambert a évolué depuis 2014, date de la dernière expertise réalisée par le Conseil d’Etat”, affirme le tribunal.

Il précise qu’il statuera, au vu des résultats lors d’une nouvelle audience, sur la demande des parents relative à la décision d’arrêt des traitements prise le 9 avril dernier par le docteur Sanchez, du CHU de Reims, à l’issue d’une procédure collégiale.

Une précédente décision d’arrêt des soins, déjà contestée devant la justice, avait été validée par le Conseil d’Etat puis par la Cour européenne des droits de l’homme en 2015, sans que les parents renoncent à leur combat judiciaire.

A quatre reprises, la procédure collégiale prescrite par la loi, qui veut qu’une équipe de médecins se prononce de concert sur l’arrêt des soins, a conclu au caractère irréversible des lésions cérébrales subies par Vincent Lambert et a proposé l’arrêt des soins.

Gilbert Reilhac, édité par Caroline Pailliez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below