April 17, 2018 / 2:08 PM / 6 months ago

Fort gain de pouvoir d'achat avec les imports bon marché

PARIS (Reuters) - L’accès à des biens moins chers lié aux importations en provenance de pays à bas salaires a permis aux consommateurs français d’économiser près de 30 milliards d’euros - soit en moyenne 1.000 euros par ménage - en 2014, selon une étude de trois économistes de la Banque de France.

L'accès à des biens moins chers lié aux importations en provenance de pays à bas salaires a permis aux consommateurs français d'économiser près de 30 milliards d'euros - soit en moyenne 1.000 euros par ménage - en 2014, selon une étude de trois économistes de la Banque de France. /Photo prise le 5 février 2018/REUTERS/Régis Duvignau

Entre 1994 et 2014, l’ouverture au commerce international a eu pour conséquence un triplement de la part des importations en provenance de pays à bas salaires dans la consommation des ménages français, qui est passée de 2% à 7%, notent les auteurs de cette étude.

Les biens importés de pays parmi lesquels figurent notamment la Chine ou les pays d’Europe de l’Est, par exemple, dont les prix sont 40% inférieurs à leurs équivalents fabriqués en France, “ont exercé des pressions à la baisse sur l’inflation en France de 0,17 point de pourcentage par an en moyenne”, précisent-ils.

Cela passe notamment par un effet de substitution, les consommateurs optant pour ces produits à bas coût importés plutôt que pour du “made in France”, en particulier dans l’habillement et les chaussures, l’ameublement et l’équipement ménager.

Les baisses de prix mises en oeuvre par les entreprises françaises pour faire face à cette pression concurrentielle ont également contribué à tirer l’inflation à la baisse, selon les auteurs de cette étude.

Cette estimation constitue “une fourchette basse” de l’effet direct total sur les prix des importations en provenance de pays à bas salaires, puisqu’elle ne prend pas en compte les biens intermédiaires entrant dans la composition de produits fabriqués en France.

“Ces résultats sont néanmoins à interpréter avec précaution”, soulignent les auteurs, en rappelant que l’ouverture au commerce international a aussi excercé des effets indirects sur le pouvoir d’achat non mesurés dans cette étude, avec par exemple des destructions d’emplois et des effets sur les salaires.

Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below