April 14, 2018 / 9:53 AM / 4 months ago

Peines aggravées pour la fusillade de Villiers-sur-Marne

PARIS (Reuters) - La cour d’assises de Paris a aggravé en appel la peine de Redoine Faïd, un truand très médiatisé, soupçonné d’avoir organisé le braquage avorté qui a abouti à la mort d’une policière municipale en 2010.

La cour d'assises de Paris a aggravé en appel la peine de Redoine Faïd, un truand très médiatisé, soupçonné d'avoir organisé le braquage avorté qui a abouti à la mort d'une policière municipale en 2010. /Photo d'archives/REUTERS/Benoit Tessier

Condamné en première instance en 2016 à 18 ans de prison, il a vu sa peine portée à 25 ans de détention dans la nuit de vendredi à samedi, à l’issue d’un procès de près de deux mois.

En 2010, ce natif de Creil (Oise) se disait repenti et courait les plateaux de télévision pour faire la promotion d’un livre dans lequel il racontait sa vie de braqueur, “des cités au grand banditisme”.

Amateur de films d’action américains, dont il disait s’inspirer pour ses braquages, il jurait alors s’être rangé après quelques années de cavale et dix ans de prison mais avait été interpellé en juin 2011.

Il était alors soupçonné d’avoir été à la tête d’une bande de malfaiteurs qui avait envisagé le 20 mai 2010 d’attaquer des fourgons de transport de fonds, avant qu’un contrôle de police ne mette fin à leur projet.

Après une course poursuite mouvementée, les occupants d’un véhicule tiraient sur deux policiers municipaux à Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne) : Aurélie Fouquet, mère de famille de 26 ans, tuée d’une balle dans la tête, et Thierry Moreau, blessé.

Confronté à une vive émotion dans la police, le président Nicolas Sarkozy avait assisté aux obsèques de la jeune femme.

En dépit de sa proximité avec les membres de la bande, dont son frère Fisal, Redoine Faïd jurait n’avoir rien à voir avec le projet d’attaque à main armée et la mort de la policière.

L’aggravation de sa peine en appel ne modifie guère le sort de cet homme au crâne rasé, aujourd’hui âgé de 45 ans, qui cumule par ailleurs déjà de lourdes peines.

Il a été condamné en 2017 à 18 ans de prison pour l’attaque d’un fourgon blindé en 2011 et à 10 ans pour s’être évadé de la prison de Lille-Séquedin (Nord) en 2013, avec explosifs et prise d’otages — il sera repris un mois et demi-plus tard.

Quatre des six autres prévenus ont également vu leurs peines alourdies — elles vont de deux à 25 ans de détention.

Un absent Olivier Tracoulat, blessé lors de la fusillade qui a coûté la vie à Aurélie Fouquet, disparu depuis, condamné par défaut en 2016 à 30 ans de prison, a vu au contraire sa peine réduite à 25 ans de détention, bien qu’il ne soit pas sûr qu’il soit encore en vie. Deux autres prévenus ont été condamnés à des peines de 15 et 18 ans de prison.

Le frère de Redoine Faïd, Fisal, qui avait fui en Algérie, pays d’origine de leur famille, a pour sa part été condamné par la justice algérienne à 20 ans de réclusion pour ces mêmes faits.

Emmanuel Jarry

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below