April 13, 2018 / 8:56 PM / 6 months ago

Syrie: Washington et Paris hésitent à intervenir

BEYROUTH/NATIONS UNIES (Reuters) - Les Etats-Unis et la France s’en sont pris devant le Conseil de sécurité de l’Onu vendredi au régime de Bachar al Assad pour avoir eu recours aux armes chimiques, alors que la perspective d’une intervention militaire occidentale en Syrie pourrait mener à une confrontation avec la Russie.

Les Etats-Unis et la France s'en sont pris devant le Conseil de sécurité de l'Onu vendredi au régime de Bachar al Assad pour avoir eu recours aux armes chimiques, alors que la perspective d'une intervention militaire occidentale en Syrie pourrait mener à une confrontation avec la Russie. /Photo prise le 13 avril 2018/REUTERS/Alkis Konstantinidis

Pendant que les inspecteurs de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) arrivaient en Syrie pour leurs travaux d’enquête sur l’attaque chimique que le régime de Damas est accusé d’avoir menée à Douma, dans la Ghouta orientale, les diplomates tentaient d’éviter une escalade de la tension entre Washington et ses alliés, d’un côté, et la Russie, principale alliée de Damas, de l’autre.

Donald Trump a prévenu mercredi la Russie que les Etats-Unis pourraient intervenir militairement en Syrie après l’attaque au gaz toxique contre la ville rebelle de Douma, imputée au régime syrien. “Les missiles arrivent”, a affirmé le président américain.

Moscou et Damas dénoncent une manipulation de l’opposition syrienne et nient toute attaque chimique.

Tout missile tiré contre la Syrie sera abattu et les sites de lancement seront détruits, a affirmé la Russie, demandant à Washington et à ses alliés de ne pas mener d’action militaire.

Mais les Etats-Unis estiment que les forces gouvernementales syriennes ont eu recours à l’arme chimique au moins 50 fois depuis le début du conflit, entré dans sa huitième année, a annoncé vendredi l’ambassadrice américaine auprès de l’Onu.

“Notre président n’a pas encore pris de décision concernant une possible intervention en Syrie. Mais si les Etats-Unis et leurs alliés décident d’agir en Syrie, ce sera pour défendre des principes en lesquels nous croyons tous”, a déclaré Nikki Haley devant le Conseil de sécurité des Nations unies, où se tenait vendredi une réunion à la demande de Moscou pour discuter de la menace d’une possible action militaire occidentale en Syrie.

Le département d’Etat américain a annoncé avoir la certitude que le gouvernement syrien avait perpétré l’attaque chimique à Douma.

“Nous pouvons dire que le gouvernement syrien est derrière l’attaque”, a dit la porte-parole Heather Nauert lors d’une conférence de presse, répondant “oui” à la question de savoir si les Etats-Unis disposaient de preuves.

Alors que Donald Trump est resté silencieux sur la Syrie vendredi, le président français Emmanuel Macron, qui a déclaré que la France disposait de la preuve que le gouvernement syrien a utilisé des armes chimiques contre Douma, s’est entretenu avec son homologue russe Vladimir Poutine pour souligner ses inquiétudes concernant l’escalade des tensions.

“POINT DE NON-RETOUR”

Le chef de l’Etat français a dit souhaiter que la concertation entre Paris et Moscou s’intensifie afin de ramener la paix en Syrie, a rapporté l’Elysée.

Emmanuel Macron a réaffirmé sa détermination à mettre un terme à “l’escalade chimique syrienne” et a dit regretter le “nouveau veto russe” au Conseil de sécurité.

Un avertissement a cependant été lancé par l’ambassadeur français auprès des Nations unies, qui a déclaré devant le Conseil de sécurité que le gouvernement syrien avait atteint un point de non-retour en décidant de recourir une nouvelle fois à des armes chimiques.

Il faut mettre fin à cette “intolérable menace pour notre sécurité collective”, a ajouté François Delattre.

Depuis 2015, la France a mené des frappes aériennes contre les militants du groupe Etat islamique en Syrie dans le cadre des opérations d’une coalition menée par les Etats-Unis. Environ 5% des raids de la coalition ont été lancés par Paris.

Alors que Vladimir Poutine ne s’est pas exprimé vendredi, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a affirmé que Moscou était en contact avec Washington afin d’évoquer cette situation considérée comme alarmante.

Une guerre entre les Etats-Unis et la Russie ne peut pas être exclue, a déclaré l’ambassadeur russe auprès de l’Onu, Vassily Nebenzia.

“La priorité immédiate est d’éviter une guerre. Nous espérons qu’il n’y aura pas de point de non-retour”, a-t-il dit.

Une guerre totale ne devrait pas se produire en dépit des tensions apparues ces derniers temps entre les Occidentaux, d’un côté, et le régime de Damas et ses soutiens, de l’autre, a déclaré le numéro deux du Hezbollah.

“PAS DE DÉCISION FINALE” DE WASHINGTON

Si les alliés de Washington ont usé d’un langage fort en guise de soutien, aucun projet d’action militaire ne semble avoir pour l’instant émergé.

La Première ministre britannique Theresa May a obtenu jeudi le feu vert de ses ministres pour prendre des mesures non spécifiées avec les Etats-Unis et la France afin de dissuader la Syrie de recourir à nouveau à des armes chimiques.

Certains dirigeants sont apparus soucieux d’éviter une confrontation entre Washington et Moscou.

L’Allemagne et les Pays-Bas, membres de l’Otan, ont affirmé qu’ils ne prendraient pas part à une intervention militaire.

Recep Tayyip Erdogan, le président de la Turquie, voisine de la Syrie et membre de l’Otan, a déclaré vendredi s’être entretenu avec ses homologues russe et américain des initiatives capables de ramener la paix en Syrie.

Le secrétaire général de l’Onu a appelé tous les Etats à “agir de manière responsable” face au risque d’une opération militaire contre le régime de Bachar al Assad.

Antonio Guterres a confirmé qu’une équipe de l’OIAC était arrivée en Syrie et débuterait son enquête samedi.

Alistair Smout, Ellen Francis, Maria Tsvetkova, Leigh Thomas et Ingrid Melander, Jean Terzian pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below