April 11, 2018 / 10:32 AM / 8 months ago

Placé dit sa "honte", promet de s'amender

L'ancien secrétaire d'Etat Jean-Vincent Placé, arrêté à Paris la semaine dernière en état d'ébriété, accusé d'insultes racistes et de violences, dit sa "honte" et promet de s'amender dans l'édition à paraître jeudi de l'hebdomadaire Paris Match. /Photo d'archives/REUTERS/Christophe Petit Tesson

PARIS (Reuters) - L’ancien secrétaire d’Etat Jean-Vincent Placé, arrêté à Paris la semaine dernière en état d’ébriété, accusé d’insultes racistes et de violences, dit sa “honte” et promet de s’amender dans l’édition à paraître jeudi de l’hebdomadaire Paris Match.

L’ex-sénateur écologiste, qui a pris ses distances avec la politique, sera jugé le 11 juillet pour violences volontaires en état d’ivresse, outrage à personne dépositaire de l’autorité publique et injures racistes.

Il lui est reproché d’avoir importuné des jeunes femmes dans un bar, d’avoir proféré des insultes racistes, notamment à l’adresse d’un videur appelé à la rescousse par ces dernières, puis à l’encontre de policiers, ce qui lui a valu près de deux jours de garde à vue.

“Je mesure bien la honte et l’indignité d’avoir été en état d’ébriété, d’avoir eu un comportement déplacé et inconvenant”, déclare-t-il à Paris Match. “J’en paierai les conséquences. Je le dois à ma famille auprès de laquelle je m’excuse aussi.”

“Les 37 heures de garde à vue ont eu un mérite : j’ai enfin pris le temps de réfléchir”, ajoute-t-il. “J’ai réalisé que, dans les derniers mois, j’avais bu excessivement en diverses circonstances. Il y a eu des excès, de l’alcoolisme.”

S’il assume le mot alcoolisme, il refuse d’être “pris pour un pervers et un raciste” et nie avoir insulté une des jeunes femmes présentes ce soir-là dans le bar.

Jean-Vincent-Placé nie aussi avoir proféré des injures racistes à l’adresse du videur, “qui se fait appeler Vladimir et se prétend serbe”. Il assure que ce dernier l’a en revanche giflé et que ses lunettes ont été cassées.

“L’outrage à policier est à replacer dans ce contexte d’énervement”, fait-il valoir. Il dit avoir écrit une lettre d’excuses au préfet de police et vouloir “arrêter de boire”.

Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below