March 29, 2018 / 8:01 PM / in 3 months

Moscou expulse 60 diplomates US et ferme le consulat de St Pétersbourg

par Vladimir Soldatkin et Christian Lowe

L'Ambassade des Etats-Unis à Moscou. Cinquante-huit diplomates américains en poste à Moscou et deux employés américains du consulat général d'Ekaterinbourg, dans l'Oural, sont déclarés personae non gratae et devront avoir quitté la Russie au plus tard le 5 avril. /Photo prise le 29 mars 2018/REUTERS/Tatyana Makeyeva

MOSCOU (Reuters) - La Russie a donné jeudi une semaine à 60 diplomates américains pour quitter le pays, ripostant ainsi à l’expulsion par Washington d’un nombre identique de diplomates russes en lien avec l’empoisonnement en Angleterre de l’ex-agent russe Sergueï Skripal, dont Londres tient Moscou pour responsable.

Les autorités russes ont annoncé dans le même temps qu’elles fermaient le consulat général américain à Saint-Pétersbourg, deuxième ville de la Fédération de Russie, en réplique à la fermeture du consulat russe de Seattle.

La Russie a fait savoir enfin qu’elle allait expulser des diplomates de tous les pays occidentaux - du Danemark à l’Australie, de la France au Canada - en proportion égale du nombre d’expulsions qu’ils ont annoncées cette semaine.

L’ambassadeur des Etats-Unis à Moscou, John Huntsman, a été convoqué jeudi au ministère russe des Affaires étrangères, un gratte-ciel érigé du temps de Staline, et il s’est vu signifier l’expulsion de 58 diplomates en poste à Moscou et de deux employés du consulat général d’Ekaterinbourg, dans l’Oural. Tous devront avoir quitté la Russie au plus tard le 5 avril.

C’est “une nouvelle détérioration des relations entre les Etats-Unis et la Russie”, a estimé jeudi soir la Maison blanche.

“La réaction de la Russie était attendue et les Etats-Unis vont y faire face”, précise le communiqué.

Le département d’Etat américain a estimé que la décision de la Russie d’expulser 60 diplomates américains démontrait que Moscou ne voulait pas de la diplomatie, et il a ajouté que Washington se réservait le droit de prendre d’autres mesures.

“Il est clair, au vu de la liste qui nous a été fournie, que la Fédération de Russie ne s’intéresse pas à un dialogue sur les questions d’importance pour nos deux pays”, a dit à la presse la porte-parole du département d’Etat, Heather Nauert. “Nous nous réservons le droit d’y répliquer”.

Pour le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, l’empoisonnement de Skripal est exploité par un “axe anglo-saxon qui contraint tout le monde à suivre une voie antirusse”.

LA FILLE DE SKRIPAL VA MIEUX

“En ce qui concerne les autres pays, tout sera fait de manière symétrique, en termes de nombre de représentants de leurs missions diplomatiques qui quitteront la Russie, et cela en fait pas mal”, a continué le ministre.

Cette décision signifie que, entre autres pays concernés, la France, l’Allemagne et la Pologne verront chacun quatre de leurs diplomates expulsés.

Au total, l’Occident et l’Ukraine ont annoncé lundi l’expulsion de près de 150 diplomates russes, alors même que Moscou dément être impliqué en quoi que ce soit dans l’empoisonnement de Skripal.

Sergueï Skripal, agent double russe qui avait été échangé en 2010 et avait pu venir vivre en Grande-Bretagne, et sa fille Ioulia ont été retrouvés inconscients sur un banc de Salisbury, dans le sud de l’Angleterre, le 4 mars.

L’attaque au gaz innervant “Novitchok” dont a été victime Sergueï Skripal, 66 ans, et sa fille Ioulia, 33 ans, a replongé les relations entre l’Occident et la Russie dans une ambiance de guerre froide.

La police britannique a laissé entendre mercredi que les Skripal avaient été exposés au poison sur le pas de la porte de leur domicile. Le gouvernement de Theresa May juge hautement probable que la Russie soit responsable de cette tentative d’assassinat.

Sergueï Skripal est toujours dans un état critique à l’hôpital, mais jeudi l’état de santé de sa fille a marqué une certaine amélioration. ()

La police antiterroriste britannique dit penser que ce gaz innervant de qualité militaire a été déposé sur la porte d’entrée du domicile de Sergueï Skripal, dans une rue tranquille de Salisbury.

“C’est sur la porte d’entrée de cette adresse que les experts ont décelé à ce jour la plus forte concentration de l’agent innervant”, a déclaré Scotland Yard. Par précaution, la police a interdit l’accès à un terrain de jeu pour enfants proche du domicile de Skripal.

Avec Lesley Wroughton à Washington, Eric Faye et Jean Terzian pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below