March 27, 2018 / 6:04 PM / 8 months ago

Wauquiez pour la création d'un délit contre la République

Laurent Wauquiez plaide dans un entretien publié mardi pour la création d'un "délit d'incitation à la haine de la République", une proposition qui s'ajoute à celles déjà formulées à la suite des attaques de Trèbes et de Carcassonne (Aude). /Photo prise le 20 novembre 2017/REUTERS/Philippe Wojazer

PARIS (Reuters) - Laurent Wauquiez plaide dans un entretien publié mardi pour la création d’un “délit d’incitation à la haine de la République”, une proposition qui s’ajoute à celles déjà formulées à la suite des attaques de Trèbes et de Carcassonne (Aude).

Dans une déclaration sonnant comme un réquisitoire anti-Macron, le président des Républicains (LR) avait réclamé lundi le rétablissement de l’état d’urgence, l’internement préventif de certaines personnes placées sous surveillance et l’expulsion des étrangers fichés par les services de renseignement.

Dans une interview au Parisien, il suggère également, “par exemple, de créer un délit d’incitation à la haine de la République”, sans dire ce que pourrait recouvrir un tel délit.

“Alors, puisque Emmanuel Macron propose de toucher à la Constitution pour des sujets qui n’intéressent personne (les institutions-NDLR), eh bien je lui demande d’en profiter pour intégrer ces mesures permettant de protéger les Français”, ajoute le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les mesures défendues par Laurent Wauquiez ont suscité des commentaires dubitatifs de certaines figures à droite.

Simon Carraud, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below