March 27, 2018 / 5:59 PM / 3 months ago

Désabusé, le maire de Sevran démissionne

PARIS (Reuters) - Le maire de Sevran (Seine-Saint-Denis) Stéphane Gatignon, qui s’était fait connaître en réclamant l’intervention de casques bleus dans sa ville puis en faisant une grève de la faim, a annoncé mardi sa démission pour protester contre la faiblesse des politiques publiques menées en banlieue.

Le maire de Sevran (Seine-Saint-Denis) Stéphane Gatignon (photo), qui s'était fait connaître en réclamant l'intervention de casques bleus dans sa ville puis en faisant une grève de la faim, a annoncé mardi sa démission pour protester contre la faiblesse des politiques publiques menées en banlieue. /Photo d'archives/REUTERS/Benoit Tessier

“On continue à faire de la banlieue un monde parallèle, structuré comme une société précaire qui ne s’en sort que grâce aux solidarités, à la débrouille, à la démerde”, a-t-il déclaré dans une interview au Monde.

“Je pense aujourd’hui que cette situation arrange tout le monde. Alors, à un moment, on fatigue, on perd le jus”, a ajouté Stéphane Gatignon, qui fut élu pour la première fois en 2001 dans sa commune, emblématique des difficultés sociales et économiques de certains secteurs de Seine-Saint-Denis.

Tout en disant soutenir Emmanuel Macron, l’ex-communiste devenu écologiste déplore des “signes (qui) ne sont pas encourageants : coupes dans le budget de la politique de la ville en 2017, gel des emplois aidés, décisions défavorables au financement de l’ANRU (Agence nationale pour la rénovation urbaine-NDLR)”.

“Beaucoup d’affichage et de com’, et peu d’action”, regrette-t-il encore.

A ses yeux, le “dernier espoir” réside dans les propositions en faveur des “quartiers” que doit bientôt remettre à l’exécutif l’ex-ministre de la Cohésion sociale Jean-Louis Borloo.

En novembre 2012, Stéphane Gatignon avait mené pendant six jours une grève de la faim devant l’Assemblée nationale pour demander notamment une augmentation des dotations de l’Etat aux villes pauvres. Il avait obtenu partiellement gain de cause.

Simon Carraud, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below