February 7, 2018 / 12:42 PM / 9 months ago

LaRem mise sur le terrain pour réformer la formation

La République en marche a présenté mercredi une série de propositions pour améliorer la formation et l'apprentissage nées d'une consultation de terrain dont le parti présidentiel veut faire sa marque de fabrique. /Photo prise le 18 novembre 2017/REUTERS/Emmanuel Foudrot

PARIS (Reuters) - La République en marche a présenté mercredi une série de propositions pour améliorer la formation et l’apprentissage nées d’une consultation de terrain dont le parti présidentiel veut faire sa marque de fabrique.

Du 4 au 18 janvier, la mise à contribution de 23.500 personnes - dont 20% ne sont pas des “marcheurs” - et quelque 200 réunions ont permis de prendre le pouls du pays sur ce thème directement lié à la persistance du chômage de masse en France.

Le gouvernement a entamé des négociations avec les partenaires sociaux pour réformer en profondeur dès cette année la formation professionnelle, l’apprentissage et l’assurance chômage, en vue d’une mise en oeuvre début 2019. et

Malgré plus de 32 milliards d’euros injectés chaque année dans la formation, les Français interrogés par la LaRem dénoncent un système “illisible, inaccessible, inefficace”, a rapporté le délégué général de LaRem, Christophe Castaner.

“La plus grande des sécurités, c’est la compétence”, a-t-il dit devant la presse au siège parisien du parti. A ses yeux, 32 milliards “ce n’est pas trop, c’est même indispensable mais (...) il est essentiel que le gouvernement et les partenaires sociaux saisissent toute l’urgence exprimée : transformer un système pour le rendre plus efficace et plus juste”.

Au chapitre de la formation, La République en marche fait cinq propositions : permettre à chacun de s’inscrire à la formation de son choix, améliorer l’information, renforcer les droits des personnes les moins qualifiées, permettre à tout salarié de donner son droit à la formation à un tiers, valoriser les droits à la formation en points et non en heures.

Pour ce qui est de l’apprentissage, “l’ennemi est culturel”, a estimé Christophe Castaner, prônant une “révolution des mentalités”.

“On a dévalorisé une voie d’excellence pour l’emploi”, a-t-il estimé, déplorant que seulement 7% des jeunes passent par l’apprentissage en France, deux fois moins qu’en Allemagne, alors qu’un 1,3 million d’entre eux sont sans emploi ni formation.

Parmi les sept pistes de travail soumises au gouvernement figurent l’unification des aides (actuellement accordées sous forme de crédits d’impôts, de primes régionales ou nationales, entre autres dispositifs), la dématérialisation de la signature du contrat, une réforme du système de fixation des salaires des apprentis en fonction de la qualification plutôt que de l’âge et l’ouverture de l’apprentissage aux plus de 26 ans.

Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below