February 2, 2018 / 9:27 AM / 5 months ago

Cinq militaires tués dans le crash de deux hélicoptères

MARSEILLE (Reuters) - Cinq militaires ont été tués vendredi dans le crash de deux hélicoptères près de Carcès (Var), vraisemblablement à la suite d’une collision lors d’un vol d’entraînement, a déclaré le procureur général de Marseille.

Des gendarmes près des lieux du crash de deux hélicoptères militaires près de Carcès (Var). Cinq personnes ont été tuées dans le crash. /Photo prise le 2 février 2018/REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Les appareils, des “Gazelle”, de l’Ecole de l’aviation légère de l’armée de terre (EALAT) du Cannet-des-Maures, se sont écrasés entre 08h30 et 08h45 dans des circonstances encore inconnues, a déclaré Xavier Tarabeux à la presse, au côté de la ministre des Armées Florence Parly venue témoigner de son “émotion” et de son “soutien”.

“Les secours ont retrouvé trois corps sans vie dans un hélicoptère et deux autres victimes dans le second”, a indiqué la préfecture du Var dans un communiqué.

Les cinq victimes, des moniteurs et leurs stagiaires, étaient tous expérimentés, a dit Xavier Tarabeux.

“L’hypothèse sur laquelle les enquêteurs aujourd’hui travaillent est celle d’une collision entre les deux appareils sans qu’on puisse déterminer exactement où est-ce que cette collision a eu lieu et les conditions exactes dans lesquelles elle est intervenue”, a-t-il dit.

L’accident est survenu peu de temps après le décollage. Le premier appareil avait décollé de la base à 08h28, le second à 08h30. Le crash a été signalé aux alentours de 08h40-08h45.

Les hélicoptères ont été retrouvés à environ 600 mètres l’un de l’autre.

“Le premier s’est écrasé sur la départementale 24, et le second s’est écrasé dans un bois à proximité. Le second s’est enflammé” au moment où il a touché le sol, a indiqué le procureur.

“On ne constate pas que les appareils aient pu par exemple percuter une ligne électrique ou autre. C’est d’ores et déjà exclu”, a-t-il ajouté.

Des témoins de l’accident étaient en cours d’audition.

Emmanuel Macron, en déplacement au Sénégal, a dit son “profond respect”, dans un communiqué, “pour l’engagement de ces officiers qui s’entraînaient afin de se préparer à leurs futures missions”.

L’EALAT, à la réputation internationale, forme des pilotes d’hélicoptère pour l’ensemble des armées, au Cannet-des-Maures et à Dax (Landes). Elle abrite depuis 2003 une école de formation franco-allemande pour les pilotes de l’hélicoptère de combat Tigre et accueille des stagiaires de plusieurs nationalités.

Sophie Louet avec Jean-François Rosnoblet à Marseille, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below