January 29, 2018 / 9:56 AM / 9 months ago

Pic de crue atteint à Paris, sous les records historiques

PARIS (Reuters) - La Seine, qui est sortie de son lit à la suite de précipitations record en décembre et janvier, a atteint dans la nuit de dimanche à lundi un pic à Paris et devrait se maintenir au même niveau pendant 24 heures environ avant un lent reflux des eaux.

La Seine a atteint dans la nuit de dimanche à lundi son pic à Paris, sous le niveau de la crue de 2016, et devrait se maintenir au même niveau pendant 24 heures environ avant un long reflux des eaux, selon le service d'information Vigicrues. /Photo prise le 28 janvier 2018/REUTERS/Gonzalo Fuentes

Selon le service d’information Vigicrues, l’eau est montée à 5,85 mètres à la hauteur de la station de Paris-Austerlitz, sous les 6,10 mètres mesurés au même endroit lors de la crue de juin 2016 et loin des 8,62 mètres relevés au moment des inondations historiques de 1910.

Une fois amorcée, la décrue pourrait durer une semaine environ malgré l’accalmie des précipitations.

“Les désordres qui se produisent le long de la Seine devraient se prolonger toute la semaine”, a dit à Reuters un porte-parole de Vigicrues.

Environ 1.500 personnes ont été évacuées en Île-de-France, 1.900 abonnés ont été privés d’électricité et moins de 700 ont été touchés par des coupures de gaz, selon la préfecture de police de Paris.

La SNCF a annoncé dimanche que les sept stations parisiennes du RER C (Saint-Michel-Notre-Dame, Musée d’Orsay, Invalides, Champ de Mars, Avenue du Président Kennedy, Boulainvilliers et Pont de l’Alma) resteraient fermées jusqu’au lundi 5 février au moins, et non jusqu’à ce jeudi comme c’était prévu initialement.

Les eaux continuaient à monter en aval de Paris ainsi qu’en amont, au niveau de la confluence avec l’Aube, mais cette hausse ne devrait pas avoir de conséquences dans la capitale, toujours selon Vigicrues.

Météo France a maintenu lundi douze départements en vigilance orange aux crues - dix situés de l’Aube et de la Marne à l’estuaire de la Seine et la Saône-et-Loire.

Dans les bassins de la Seine et de la Saône, les crues de ces derniers jours s’expliquent en partie par les fortes chutes d’eau, qui ont battu un record établi durant l’hiver 1981-1982.

“Ainsi en moyenne sur la France, la pluviométrie cumulée depuis le 1er décembre est la plus forte enregistrée sur la période 1959-2018”, a fait savoir Météo France dans un communiqué.

En décembre, le cumul de pluies était quasiment deux fois supérieur à la normale après un excédent de 50% au mois de décembre par rapport à la moyenne observée entre 1981 et 2010.

Simon Carraud, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below