January 27, 2018 / 3:13 PM / 10 months ago

L’État va repenser le développement du grand Ouest

BOUGUENAIS, Loire-Atlantique (Reuters) - Dix jours après l’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), la ministre des Transports Elisabeth Borne a tenté samedi d’apaiser la colère des élus en confirmant la volonté du gouvernement de repenser le développement du Grand Ouest mais en se donnant le temps.

Dix jours après l'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), la ministre des Transports Elisabeth Borne (photo) a tenté samedi d'apaiser la colère des élus en confirmant la volonté du gouvernement de repenser le développement du Grand Ouest mais en se donnant le temps. /Photo prise le 1er décembre 2017/REUTERS/Benoit Tessier

“Il faut prendre un petit peu de temps, car beaucoup de projets étaient structurés autour de la réalisation de Notre-Dame-des-Lande”, a-t-elle dit lors d’une conférence de presse à l’aéroport de Nantes, situé sur la commune de Bouguenais.

“Cela ne veut pas dire qu’il ne va rien se passer à court terme : des travaux vont être engagés très rapidement sur le réaménagement de l’aérogare existante pour accueillir les passagers dans de bonnes conditions», a ajouté la ministre.

Un peu plus tôt, elle avait été huée par plusieurs centaines de personnes à sa sortie de la mairie de Saint-Aignan-de-Grand-Lieu, commune située en bout de piste de l’actuel aéroport, à l’issue d’un entretien avec le maire.

Les manifestants répondaient à l’appel de l’association «Des Ailes pour l’Ouest», qui avait demandé à ses sympathisants de venir brûler leurs cartes d’électeurs pour protester contre «la trahison” d’Emmanuel Macron, coupable à ses yeux de s’être engagé pendant la campagne présidentielle à respecter le vote de la population locale, majoritairement favorable à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Elisabeth Borne a promis des aides à l’insonorisation pour les habitations de Saint-Aignan-de-Grand-Lieu en contrepartie des travaux d’agrandissement de l’aéroport actuel et s’est aussi engagée à discuter avec le maire de la commune des contraintes d’urbanisation de son territoire.

La ministre a également rencontré samedi matin le président (PS) du conseil départemental de Loire-Atlantique Philippe Grosvalet, la présidente (LR) de la région Pays de la Loire Christelle Morançais et la présidente (PS) de Nantes métropole Johanna Rolland.

«Cela conforte ce que nous avons toujours dit : rien n’était prêt, rien n’a été préparé, il n’y a aucun plan B», a déclaré i la présidente de région dans un communiqué, “ce n’est pas acceptable, notre territoire ne peut attendre six mois supplémentaires.»

Elle a annoncé son intention de réunir rapidement un «Parlement des territoires» élargi aux acteurs économiques, pour faire des propositions au gouvernement en matière d’infrastructures de transport, de numérique ou d’enseignement supérieur.

Johanna Rolland, la maire de Nantes et présidente de Nantes métropole, a aussi soumis à la ministre de propositions sur la desserte de sa ville et la protection des populations survolées.

Après Nantes, Elisabeth Borne s’est rendue à Rennes pour discuter avec les élus locaux des perspectives d’agrandissement de l’aéroport de la ville, que le gouvernement s’est dit aussi prêt à développer après l’abandon d Notre-Dame-des-Landes.

Guillaume Frouin, édité par Yann Le Guernigou

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below