January 25, 2018 / 7:24 AM / in 7 months

Trump disposé à témoigner sous serment dans "l'affaire russe"

WASHINGTON (Reuters) - Donald Trump a affirmé mercredi être disposé à être interrogé sous serment par le procureur spécial Robert Mueller, qui enquête sur les soupçons d’ingérence de la Russie dans l’élection présidentielle américaine de 2016 et une possible collusion avec l’équipe de campagne du président américain.

Donald Trump a affirmé mercredi être disposé à être interrogé sous serment par le procureur spécial Robert Mueller, qui enquête sur les soupçons d'ingérence de la Russie dans l'élection présidentielle américaine de 2016 et une possible collusion avec l'équipe de campagne du président américain. /Photo prise le 24 janvier 2018/REUTERS/Yuri Gripas

“J’attends ça avec impatience, en fait. Je voudrais le faire le plus tôt possible”, a dit le président américain à propos d’un éventuel interrogatoire par Mueller. “Je serais prêt à le faire sous serment”, a-t-il ajouté devant la presse à la Maison blanche avant son départ pour la station suisse de Davos où il doit prendre part au Forum économique mondial.

Trump a cependant précisé que fixer une date précise pour cet interrogatoire dépendrait notamment de ses avocats. Ty Cobb, l’avocat qui gère les relations entre la Maison blanche et l’équipe de Mueller, a expliqué que les avocats personnels de Trump discutaient avec l’équipe du procureur spécial des modalités d’un rendez-vous.

Le président, qui s’est exprimé brièvement avant son départ pour Davos, a souligné sa volonté de coopérer avec les enquêteurs, a ajouté Cobb dans un communiqué.

Plusieurs responsables des services de renseignement, dont le directeur de la CIA, Mike Pompeo, ont été interrogés par les services de Mueller sur une éventuelle volonté de Trump de faire obstruction à l’enquête, ont expliqué mercredi des sources à Reuters.

Ces questions montrent que, au-delà d’une potentielle collusion entre la Russie et l’équipe de campagne de Trump, Mueller étudie les agissements de Trump lui-même en lien avec cette affaire.

Le président républicain, qui assure régulièrement ne pas faire personnellement l’objet d’une enquête, a répété mercredi qu’il “n’y a eu aucune collusion” avec la Russie.

Le Kremlin a nié toute interférence dans l’élection présidentielle américaine.

James Comey, l’ancien directeur du FBI, a déclaré en juin dernier lors de son audition par la commission sénatoriale du Renseignement que Trump l’avait invité à mettre fin à une enquête sur les liens entre son ex-conseiller à la sécurité nationale, Michael Flynn, et la Russie.

Comey a accusé Trump de l’avoir limogé, en mai dernier, en vue de nuire à l’enquête sur une possible ingérence de la Russie. Il n’avait en revanche pas dit s’il pensait que le président des Etats-Unis avait commis une entrave à la justice.

Le limogeage de Comey a entraîné la désignation de Robert Mueller à la tête de cette enquête sur “l’affaire russe”.

Roberta Rampton et Warren Strobel avec Jan Wolfe, Doina Chiacu et James Oliphant, Jean Terzian pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below