January 24, 2018 / 1:53 PM / 7 months ago

Le préfet Alain Régnier nommé délégué aux réfugiés

PARIS (Reuters) - Le préfet Alain Régnier a été nommé mercredi délégué interministériel chargé de “l’accueil et de l’intégration des réfugiés” à l’heure où la politique migratoire du gouvernement est décriée par les associations et les défenseurs des droits de l’homme qui la jugent déséquilibrée.

Des migrants à la frontière franco-italienne à Bardonecchia, en Italie. Le préfet Alain Régnier a été nommé mercredi délégué interministériel chargé de "l'accueil et de l'intégration des réfugiés". /Photo prise le 11 janvier 2018/REUTERS/Massimo Pinca

“Il est un grand connaisseur et un grand praticien de sujets intimement liés à cette question”, a dit le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, lors du compte rendu du conseil des ministres. “Il a longuement travaillé aux sujets liés à la grande exclusion et notamment aux questions d’hébergement.”

Délégué général à la coordination de l’hébergement et de l’accès au logement des personnes sans abri ou mal logées sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, Alain Régnier est chargé à l’été 2012 sous la présidence de François Hollande de mettre en oeuvre le volet social d’une circulaire de démantèlement des campements Roms. Cette fonction, qu’il occupera jusqu’à fin 2014, lui vaut le surnom de “préfet des Roms”.

Le poste de délégué interministériel aux réfugiés, placé sous l’autorité du ministre de l’Intérieur, avait été annoncé en juillet lors de la présentation du plan migrants du gouvernement par le Premier ministre Edouard Philippe et confirmé par Emmanuel Macron lors de sa visite à Calais la semaine dernière.

Selon l’arrêté publié au Journal officiel mardi, Alain Régnier va être chargé d’évaluer la mise en oeuvre de la politique d’accueil et d’intégration des réfugiés et de coordonner les actions des différents ministères.

Il devra veiller notamment “à ce que soient proposées, chaque fois que cela est possible, des solutions d’entrée directe en logement, pérennes et adaptées aux personnes réinstallées.”

Le futur projet de loi asile et immigration, qui sera présenté en février en conseil des ministres, est dans le collimateur depuis plusieurs mois des associations de défense des migrants et des droits de l’homme, et de la gauche.

La droite et l’extrême droite dénoncent elles un texte trop “laxiste”.

Le projet de loi prévoit notamment une réduction des délais de traitement des demandes d’asile et un allongement de la durée maximale de rétention administrative. Face aux critiques, Emmanuel Macron a fustigé à Calais des “déclarations à l’emporte-pièce” et des “recettes trop faciles”.

Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below