January 22, 2018 / 6:59 PM / 7 months ago

Les émissions de gaz à effet de serre ont dérapé en 2016

PARIS (Reuters) - La France, qui se veut l’un des fers de lance de la lutte contre le réchauffement climatique, n’a pas respecté en 2016 ses objectifs en matière d’émissions de gaz à effet de serre, selon des estimations communiquées lundi par le ministère de la Transition écologique.

Le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot. La France, qui se veut l'un des fers de lance de la lutte contre le réchauffement climatique, n'a pas respecté en 2016 ses objectifs en matière d'émissions de gaz à effet de serre, selon des estimations communiquées lundi par le ministère de la Transition écologique. /Photo prise le 18 janvier 2018/REUTERS/Charles Platiau

Le pays a alors dépassé de 3,6% l’objectif de 447 millions de tonnes en équivalent CO2, qui figure dans la stratégie nationale bas-carbone adoptée en 2015 dans le cadre de de la loi de transition énergétique.

Les émissions de gaz à effet de serre ont augmenté deux années de suite, en 2015 et 2016, alors même qu’elles sont censées décroître chaque année.

Soulignant cette inversion de tendance, le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, a déclaré lundi qu’il ne fallait “pas avoir un regard prétentieux”.

“Nous avons nous-mêmes nos propres contradictions”, a-t-il ajouté lors de la présentation de ses voeux à la presse.

L’écart entre les chiffres de la feuille de route et ceux constatés en 2016 est particulièrement marqué dans le domaine des transports - les émissions sont supérieures de 6% aux objectifs -, dans celui du bâtiment (+11%) et dans une moindre mesure celui de l’agriculture (+3%).

“Cette contre-performance s’explique pour partie par des éléments conjoncturels, tels que le faible prix des produits pétroliers (...), qui incite à la consommation et donc à la hausse des émissions”, peut-on lire dans un document intitulé “suivi de la stratégie nationale bas-carbone”.

“La hausse des émissions du secteur en 2016 par rapport en 2015 s’explique notamment par la rigueur de l’hiver, plus importante en 2016, mais aussi le taux de disponibilité des réacteurs nucléaires, plus faible en 2016, ayant engendré un plus grand recours à des énergies fossiles”, lit-on également.

La France doit se donner d’ici à la fin 2018 une nouvelle trajectoire de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Simon Carraud, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below