December 27, 2017 / 2:53 PM / 7 months ago

La ministre des Transports réclame des comptes à la SNCF

PARIS (Reuters) - La ministre des Transports a écrit mercredi au président de SNCF Mobilités, Guillaume Pepy, et de SNCF Réseau, Patrick Jeantet, pour qu’ils s’expliquent au sujet de la récente série d’incidents qui ont affecté le trafic ferroviaire dans les gares parisiennes.

La ministre des Transports, Elisabeth Borne (photo), a écrit mercredi au président de SNCF Mobilités, Guillaume Pepy, et de SNCF Réseau, Patrick Jeantet, pour qu'ils s'expliquent au sujet de la récente série d'incidents qui ont affecté le trafic ferroviaire dans les gares parisiennes. /Photo prise le 12 juillet 2017/REUTERS/Charles Platiau

“Ces derniers mois ont vu une succession d’incidents importants et médiatisés dans plusieurs gares parisiennes, et tout particulièrement la gare Montparnasse”, souligne Elisabeth Borne.

Outre la panne informatique du 3 décembre à Montparnasse, elle fait référence à la panne d’alimentation électrique du 26 décembre qui a bloqué “l’ensemble des mouvements des trains” à Saint-Lazare, ainsi qu’à l’affluence de voyageurs bien supérieure à la capacité de transport de l’entreprise publique dans les gares de Bercy et Saint-Lazare le 23 décembre.

“Pour beaucoup, et notamment pour les voyageurs touchés par ces incidents, la répétition de ces situations apparaît incompréhensible et suscite une légitime exaspération”, peut-on lire dans la lettre.

“Elle alimente un sentiment de perte de maîtrise des fondamentaux du service public ferroviaire auquel, vous le savez, les Français sont très attachés”.

“Pour tirer ensemble le bilan de ces incidents et de cette période de grands déplacements, je souhaite que vous me présentiez vos analyses et les actions engagées”, ajoute-t-elle.

Elle précise vouloir savoir dans quelle mesure le “plan de rénovation du réseau” et le “programme robustesse et information” peut “restaurer la confiance dans le système ferroviaire”.

Elisabeth Borne a convoqué Guillaume Pepy et Patrick Jeantet le 8 janvier.

“30 ANS DE SOUS-INVESTISSEMENT”

La ministre avait déjà demandé à Patrick Jeantet de lui proposer une nouvelle organisation et une nouvelle gestion des grands travaux après le “bug informatique” du 3 décembre.

La SNCF dit tout faire pour moderniser le réseau. Mais selon Claude Solard, directeur général délégué à l’innovation et performance industrielle, “ça ne se règle pas d’un coup de baguette magique”.

“Il y a 30 ans de sous-investissement. Nous faisons tout et nous travaillons pour que ces pannes arrivent le moins souvent possible. Mais c’est un programme sur dix ans”, a-t-il plaidé mercredi sur BFM TV.

Il précise que les conditions pour réaliser ces travaux sont “difficiles parce que le magasin ne ferme pas”. Les travailleurs disposent en effet d’une fenêtre de cinq heures la nuit en Ile-de-France pour avancer les chantiers.

S’agissant du pic d’affluence du 23 décembre dans les gares de Bercy et de Saint-Lazare, il explique que la SNCF ne pouvait anticiper un tel scénario.

“C’est une situation qui était inédite depuis 2001 dans la configuration des week-ends”, a-t-il dit.

Les voyageurs se sont présentés en grand nombre dans les deux gares pour prendre un TER (Transport express régional), un train pour lequel, contrairement au TGV, il n’y a pas de réservation obligatoire.

“Il faudra qu’on réfléchisse pour quelques jours par an sur quelques trains particuliers, voir s’il ne faut pas que nous mettions une réservation obligatoire pour mieux comprendre comment les gens ont besoin de voyager et à quelle heure”, a déclaré Claude Solard.

Caroline Pailliez, édité par Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below