December 22, 2017 / 8:34 AM / 10 months ago

Dette publique en baisse au 3e trimestre, à 98,1% du PIB

PARIS (Reuters) - La dette publique de la France au sens de Maastricht a diminué de 5,5 milliards d’euros au troisième trimestre pour s’inscrire à 2.226,1 milliards fin septembre, soit l’équivalent de 98,1% du PIB, selon les statistiques publiées vendredi par l’Insee.

La dette publique de la France au sens de Maastricht a diminué de 5,5 milliards d'euros au troisième trimestre pour s'inscrire à 2.226,1 milliards fin septembre, soit l'équivalent de 98,1% du PIB. /Photo d'archives/REUTERS/Dado Ruvic

Elle affiche ainsi un recul d’un point par rapport à fin juin, dont la marque a été revue à 99,1% (contre 99,2% du PIB en première estimation).

La dette de l’Etat a, à elle seule, progressé de 4,8 milliards d’euros sur le troisième trimestre pour s’élever à 1.795,2 milliards, précise l’Insee dans un communiqué.

Outre la dette de l’Etat, la dette publique au sens de Maastricht inclut celles des administrations de sécurité sociale (223,5 milliards fin septembre, soit une baisse de 8,8 milliards sur le trimestre, à la faveur notamment d’un désendettement de 3,4 milliards de la Cades et de 5,6 milliards de l’Unedic), des administrations publiques locales (196,0 milliards, en retrait de 1,5 milliard) et des organismes divers d’administration centrale (11,4 milliards, en baisse de 100 millions).

La dette nette des administrations publiques s’élevait à 2.002,6 milliards d’euros fin septembre, soit 88,2% du PIB contre 89,0% au trimestre précédent, en baisse de 1,5 milliard d’euros sur trois mois, ajoute l’Insee.

Dans le projet de loi de programmation des finances publiques présenté fin septembre en même temps que le projet de loi de finances 2018, le gouvernement prévoyait de stabiliser le ratio d’endettement public à 96,8% du PIB en 2018 comme en 2017. Il remonterait en revanche à 97,1% du PIB en 2019 avant de diminuer à 96,1% en 2020, 94,2% en 2021 et 91,4% en 2022.

Cette trajectoire n’a pas été actualisée en dépit de la révision à la hausse, en novembre, du déficit public 2018 - de 2,6% à 2,8% du PIB - en raison des coûts associés au remboursement de la taxe sur les dividendes après son annulation par le Conseil constitutionnel

Yann Le Guernigou

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below