December 18, 2017 / 5:43 PM / 8 months ago

Paris n'a pas vocation à rallier les "Five eyes", dit la Défense

PARIS (Reuters) - La France partage avec les Etats-Unis “un flux intensif” d’informations depuis les attentats de novembre 2015, mais cette coopération “fructueuse” n’implique pas son intégration dans le cercle des “Five eyes”, fait-on valoir au ministère des Armées.

La France partage avec les Etats-Unis "un flux intensif" d'informations depuis les attentats de novembre 2015, mais cette coopération "fructueuse" n'implique pas son intégration dans le cercle des "Five eyes", fait-on valoir au ministère des Armées. /Photo d'archives/REUTERS/Mal Langsdon

Les “Five eyes”, les “Cinq yeux”, est une alliance entre les services de renseignement des Etats-Unis, de l’Australie, du Canada, de la Nouvelle-Zélande et du Royaume-Uni remontant à la Seconde guerre mondiale.

Le ministère français des Armées a démenti lundi que la France s’apprêterait à rejoindre cette coalition, comme l’affirme Intelligence Online, publication en ligne sur le monde du renseignement.

“Le ‘5 eyes’ constitue un club historique et fermé qui comporte des avantages (mutualisation de capteurs et d’information) mais aussi des contraintes (limitation du partage de renseignement à des nations tierces) et des risques en matière de souveraineté”, souligne-t-on.

“La France n’a donc pas vocation à intégrer cette communauté”, a-t-on déclaré à Reuters.

Les révélations, en 2013, de l’ancien consultant de la NSA Edward Snowden sur les écoutes illégales de l’Agence nationale de la sécurité américaine avaient jeté une lumière crue sur ce cercle de partage très confidentiel.

Disant se fonder sur des documents dévoilés par Edward Snowden, le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung avait rapporté en novembre 2013 que la France était engagée aux côtés des “Fives Eyes” dans un vaste programme de surveillance répondant au nom de code “Lustre”, une information ni infirmée ni confirmée.

UN FLUX D’ÉCHANGES INTENSIF

La coopération en matière de renseignement entre la France et les Etats-Unis s’est intensifiée depuis les attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, Paris souhaitant accéder aux moyens américains en Syrie et en Irak afin de surveiller les communications des djihadistes de l’Etat islamique. Des données partagées par les Américains avec leurs seuls partenaires des “Five eyes”.

A l’image de la coopération bilatérale qui prévaut au Sahel, les Français ont instauré un partenariat - présenté comme “unique”, et “parallèle” aux “Five eyes” - via le “comité Lafayette” mis en place fin 2015 pour “fluidifier” les échanges de renseignements.

“Les procédures et les moyens techniques mis en place permettent maintenant un flux d’échanges intensif aux plus hauts niveaux de classification”, précise-t-on au ministère des Armées.

Même si les services de renseignement français sont loués par les Américains pour leur qualité et leur efficacité, aux dires de plusieurs diplomates, la France reste dépendante des “Five eyes”, et singulièrement des Etats-Unis, pour les images satellitaires et aériennes de la zone irako-syrienne, notamment.

“Pour les Etats-Unis, la France constitue un allié unique car nous disposons réellement d’une autonomie d’appréciation souveraine”, insiste-t-on au ministère.

Sophie Louet avec John Irish, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below