December 1, 2017 / 9:42 PM / 10 months ago

Notre-Dame-des-Landes sera un test pour Macron, estime Wauquiez

SAUTRON, Loire-Atlantique (Reuters) - La décision d’Emmanuel Macron sur le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) sera un test majeur pour déterminer la capacité à gouverner du président de la République, a estimé vendredi soir Laurent Wauquiez.

La décision d'Emmanuel Macron sur le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) sera un test majeur pour déterminer la capacité à gouverner du président de la République, a estimé vendredi soir Laurent Wauquiez (photo). /Photo prise le 20 novembre 2017/REUTERS/Philippe Wojazer

Le candidat à la présidence des Républicains s’exprimait lors d’une réunion publique à Sautron, commune située à quelques kilomètres de la zone d’aménagement différé (ZAD).

Cette déclaration survient alors que les trois médiateurs désignés par le gouvernement doivent rendre leur rapport sur le projet d’aéroport le 13 décembre.

Une décision d’abandon ou de poursuite du projet doit être prise dans les jours qui suivent, a déjà fait savoir l’entourage du Premier ministre Edouard Philippe.

“Je ne serai pas surpris qu’elle arrive juste avant Noël, pour s’assurer que dans la foulée du 24 décembre, elle soit oubliée aussi vite”, a dit Laurent Wauquiez. “La décision sur Notre-Dame-des-Landes sera une pierre de touche très claire pour savoir si ce président de la République est un tigre de papier très habile pour communiquer mais qui ne fait rien”.

Une pierre de touche est un procédé utilisé en orfèvrerie ou en monnayage pour vérifier la composition et donc la qualité d’un objet en alliage ou en métal précieux.

“Vous savez bien ce qu’est le poids lourd que paie la République française de ces abdications successives, vous qui voyez à votre porte (...) quelques centaines de zadistes défier la parole d’un président de la République, d’un Premier ministre, d’un ministre et de tout un territoire”, a également lancé Laurent Wauquiez aux 300 militants venus l’écouter.

“Dans quelques jours, le président de la République devra répondre de l’engagement qu’il a pris lors d’une émission télévisée (…) devant tous les Français, où il avait dit que s’il était élu (…) l’aéroport se fera”, a déclaré pour sa part Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat.

“Il va falloir trancher, car on ne peut pas être en même temps pour et en même temps contre”, a poursuivi le sénateur vendéen, qui a quitté la présidence de la région Pays de la Loire en vertu de la règle sur le non-cumul des mandats.

Guillaume Frouin édité par Pierre Sérisier

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below