November 25, 2017 / 4:56 PM / a year ago

Mélenchon tente de donner un second souffle à LFI

PARIS (Reuters) - Jean-Luc Mélenchon s’est efforcé de tourner la page des “dénigrements” et des manifestations infructueuses contre la réforme du code du travail en prononçant samedi un discours rythmé par des envolées rappelant sa campagne présidentielle.

Jean-Luc Mélenchon s'est efforcé de tourner la page des "dénigrements" et des manifestations infructueuses contre la réforme du code du travail en prononçant samedi un discours rythmé par des envolées rappelant sa campagne présidentielle. /Photo prise le 21 novembre 2017/REUTERS/Philippe Wojazer

Le chef de file de La France insoumise, dont le mouvement tient ce week-end une convention nationale à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), a dressé un réquisitoire d’un peu plus d’une heure contre Emmanuel Macron et sa politique, mais aussi contre ceux à qui il impute l’échec de la mobilisation sociale.

“Nous venons de subir un revers”, a-t-il concédé. “Il paraît que si je le dis, eh bien je démoralise. Non. Je le dis parce qu’on est démoralisé dans certains secteurs de la société. Parce que cette bataille a été conduite en dépit du bon sens.”

“La division syndicale nous a nui d’une manière incroyable dans la bataille”, a dénoncé Jean-Luc Mélenchon. “Honte à ceux qui en sont responsables.”

Le député des Bouches-du-Rhône a appelé ses partisans à manifester à nouveau, cette fois le 12 décembre à l’occasion d’un sommet international sur le climat organisé en région parisienne.

Après des débuts tonitruants dans le costume de premier opposant à Emmanuel Macron, cet habitué des coups d’éclat s’était montré désemparé le mois dernier en accordant le “point” au chef de l’Etat.

“Il paraît que je suis dépressif. Mais non, je vais très bien. La lucidité, moi, ne me rend pas dépressif. C’est le contraire”, a-t-il assuré samedi.

Ces derniers mois, plusieurs personnalités de La France insoumise ont suscité une série de polémiques, dont l’une concerne le logement HLM occupé par l’ex-porte-parole Raquel Garrido et son conjoint, le député Alexis Corbière.

La députée Danièle Obono s’est pour sa part attirée les foudres d’une partie du monde politique à la suite de déclarations portant notamment sur la pratique de la non-mixité dans des réunions associatives.

LA FRANCE “PAS VOUÉE AUX RICHES”

Sans citer d’exemple, Jean-Luc Mélenchon a déploré “cinq mois ininterrompus de dénigrement, qui ont blessé si profondément quelques uns d’entre nous, qui ont une vie entière honnête et loyale à déployer devant les autres”.

Il a également dénoncé la politique de l’exécutif en matière de sécurité, d’écologie, de santé ou d’éducation.

“Non, la France n’est pas vouée aux riches et nous n’avons pas besoin d’eux”, a-t-il cinglé.

Ce discours a ouvert la convention de La France insoumise, qui cherche désormais à se structurer et à tracer une ligne directrice.

L’objectif est de “trouver des initiatives qui peuvent montrer que le peuple n’est pas d’accord avec Emmanuel Macron, ce dont nous sommes persuadés”, résume un député “insoumis”, pour qui la future réforme des retraites et la grogne des collectivités locales pourraient être des points de départ.

“Emmanuel Macron est habile et il assume totalement sa politique, donc il n’est pas facile à combattre”, reconnaît-il.

Bâti autour de la personnalité de son leader, La France insoumise espère jeter des ponts vers d’autres mouvements, comme le Parti de Gauche, dont Jean-Luc Mélenchon, issu du Parti socialiste, fut l’un des co-fondateurs.

Des rapprochements sont aussi possibles avec une partie des communistes et le Mouvement du 1er-juillet de l’ancien candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon.

“On réduit la fracture. Nous déjeunons, nous échangeons des analyses”, a déclaré Jean-Luc Mélenchon dans un entretien publié vendredi dans Le Parisien.

En attendant, la cote du député s’effrite dans l’opinion.

Près des deux tiers des Français (63% contre 36%) ont une mauvaise image de lui et sa popularité a chuté de six points en deux mois, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro publié vendredi.

Simon Carraud avec Elizabeth Pineau, édité par Gilles Trequesser

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below