October 29, 2017 / 11:36 AM / in 10 months

Macron appelle à nouveau au dialogue entre Bagdad et Erbil

PARIS (Reuters) - Emmanuel Macron s’est entretenu samedi par téléphone avec le Premier ministre irakien Haïdar al Abadi, appelant une nouvelle fois au dialogue pour résoudre le conflit qui oppose Bagdad et Erbil sur l’autodétermination des Kurdes et le contrôle des territoires du nord de l’Irak, a annoncé dimanche l’Elysée.

Emmanuel Macron accueille le premier ministre irakien Haider Al-Abadi à l'Elysée. s'est entretenu samedi par téléphone avec le Premier ministre irakien Haïdar al Abadi, appelant une nouvelle fois au dialogue pour résoudre le conflit qui oppose Bagdad et Erbil sur l'autodétermination des Kurdes et le contrôle des territoires du nord de l'Irak, a annoncé dimanche l'Elysée. /Photo prise le 5 octobre 2017/REUTERS/Philippe Wojazer

Le président français a déjà eu plusieurs échanges téléphoniques avec le Premier ministre irakien depuis sa visite à Paris au début du mois, est-il précisé dans un communiqué diffusé par la présidence de la République.

Lors de cette conversation, Emmanuel Macron “a demandé que tout soit fait pour éviter les combats entre Irakiens et que, dans le cadre de l’unité et de la constitution de l’Irak, soit mené un dialogue entre Erbil et Bagdad tenant compte des droits des Kurdes et des minorités”, peut-on lire dans ce communiqué.

“Il s’est félicité à cet égard de la mise en place d’un comité entre forces kurdes et fédérales irakiennes, chargé de discuter des modalités d’un redéploiement conjoint dans les zones disputées”, est-il également précisé.

Bagdad a annoncé vendredi la suspension de ses opérations militaires dans le nord de l’Irak pour une durée de 24 heures afin de permettre le déploiement pacifique de ses troupes aux postes-frontières avec la région autonome du Kurdistan.

Les tensions entre les autorités de Bagdad et le gouvernement régional du Kurdistan se sont accrues ces dernières semaines, dans le sillage du référendum sur l’indépendance du Kurdistan irakien organisé le 25 septembre.

En réponse à ce scrutin qui a vu les électeurs se prononcer massivement pour l’indépendance, les forces irakiennes ont lancé une offensive pour s’emparer de territoires du nord de l’Irak contrôlés par les peshmergas kurdes.

La grande ville pétrolière de Kirkouk est tombée aux mains des forces irakiennes dès le 16 octobre sans que les peshmergas opposent de résistance mais les combattants kurdes ont commencé à riposter à mesure que les troupes de Bagdad se rapprochaient des trois provinces autonomes officiellement gérées par le Gouvernement régional du Kurdistan.

Les combats les plus violents ont eu lieu dans le secteur de Fish-Khabour et au sud d’Erbil, avant l’annonce vendredi de la trêve entre les deux camps.

Alors que la France est engagée depuis 2014 en Irak contre l’Etat islamique, “le président de la République et le Premier ministre irakien ont rappelé l’importance du combat encore mené sur le sol irakien en vue de chasser Daech de tous les territoires irakiens avec l’aide d’une coalition où la France joue tout son rôle”, souligne l’Elysée dans son communiqué.

Myriam Rivet, édité par Jean-Stéphane Brosse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below